NDans

Ju­lie, sage-femme, chou­chou­te­ra les nou­velles ma­mans

Le Parisien (Paris) - - ILE-DE-FRANCE - CO­RINNE NÈVES

sa te­nue rose qu’elle nomme avec hu­mour son « py­ja­ma », Ju­lie semble toute frêle. Mais ne vous y fiez pas. Cette jeune femme de 28 ans a les épaules so­lides et l’es­prit bien vi­vace pour ac­com­pa­gner les fu­tures ma­mans. Ju­lie De­vir­gille est sage-femme de­puis quatre ans, et elle a choi­si de tra­vailler ce soir, der­nière nuit de l’an­née, au sein de la ré­cente ma­ter­ni­té des Hô­pi­taux de Saint-Mau­rice (Val-de-Marne). « Je se­rai là de 19 heures à 7 heures, ex­plique cal­me­ment la jeune femme. Ce­la ne me gêne pas, au contraire ; j’avais en­vie d’être ici, pour voir l’am­biance. On s’est ar­ran­gées avec les co­pines pour tra­vailler en même temps. Ce se­ra plus convi­vial. » Ju­lie va de­voir as­su­rer et gé­rer les pe­tits blues : « Ce n’est pas tou­jours évident pour les dames d’être là dans cette pé­riode de fêtes. Alors, on va faire en sorte d’être joyeux et ave­nant. L’avan­tage de cette ma­ter­ni­té, c’est qu’elle est amie des pa­pas, leur of­frant un lit près de leur com­pagne et un pe­tit­dé­jeu­ner ». Cette nuit, Ju­lie ne de­vrait pas mettre de bé­bé au monde. « Je se­rai en suite de couches, pré­cise-t-elle. Je vais veiller sur les nou­velles ma­mans, tout en pré­pa­rant les sor­ties du len­de­main. » Et bien sûr en ré­pon­dant « pré­sente » à la moindre son­ne­rie sur son té­lé­phone pro­fes­sion­nel. « Le plus im­por­tant, c’est la re­la­tion qui se tisse avec les dames, en veillant à ce que tout se passe bien, pour elles et leur nou­veau bé­bé. »

(LP/C.N.)

Saint-Mau­rice (Val-de-Marne). Ju­lie pré­voit de mê­ler ce soir tra­vail et convi­via­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.