NLa

Ma­rine, se­cou­riste bé­né­vole, veille­ra sur les fê­tards du Tro­ca­dé­ro

Le Parisien (Paris) - - ILE-DE-FRANCE - CÉ­CILE BEAULIEU

nuit pro­met d’être longue, mais Ma­rine l’at­tend avec im­pa­tience. Jour­na­liste dans le ci­vil et se­cou­riste bé­né­vole de­puis quatre ans, pour l’Ordre de Malte France, la jeune Pa­ri­sienne de 34 ans se­ra af­fec­tée ce soir, avec 69 « col­lègues », dans le sec­teur Champ-de-Mars-Tro­ca­dé­ro (XVIe), où des mil­liers de per­sonnes sont at­ten­dues. Sa mis­sion : « Ve­nir en aide aux gens qui ont trop consom­mé d’al­cool, ceux qui se sont bles­sés, les vic­times de ma­laise ou d’un mou­ve­ment de foule. Nous au­rons un poste mé­di­cal pour pou­voir agir ra­pi­de­ment et avec ef­fi­ca­ci­té. » Pour Ma­rine, ce ré­veillon au­ra com­men­cé… dès le ma­tin : « J’irai fi­nir de pré­pa­rer le ma­té­riel au siège de l’Ordre de Malte, avant de re­joindre le dis­po­si­tif vers 18 heures. Et je res­te­rai jus­qu’à 4 heures. La nuit se­ra longue, mais l’am­biance est tou­jours ex­tra­or­di­naire : nous of­frons une aide concrète aux gens, tout en sou­la­geant les pom­piers. J’in­vite tout le monde à se for­mer aux pre­miers se­cours ! » Une ap­pré­hen­sion à la pen­sée du risque d’at­ten­tat, qua­li­fié par le pré­fet de po­lice Mi­chel Ca­dot, d’« éle­vé » pour la nuit de la SaintSyl­vestre ? « Je n’ai pas peur, tranche Ma­rine. Mais il est évident que ce se­ra dans un coin de ma tête. Il y a quelque temps, en pré­pa­rant pour la pre­mière fois une caisse de ma­té­riel spé­ciale at­ten­tat, j’ai res­sen­ti une sen­sa­tion bi­zarre… »

(LP/C.B.)

Pa­ris. Ma­rine re­join­dra son poste à 18 heures.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.