Loïc Mbe Soh, 15 ans et dé­jà le pa­tron

Unique re­pré­sen­tant du PSG chez les moins de 16 ans, vain­queurs hier du Tour­noi in­ter­na­tio­nal du Val-de-Marne, ce dé­fen­seur a de l’avance.

Le Parisien (Paris) - - ILE-DE-FRANCE - PAR JU­LIEN LESAGE

FRANCE ÉTATS-UNIS 2 0

À MOI­TIÉ CA­CHÉ der­rière le dra­peau tri­co­lore lors de la cé­ré­mo­nie de clô­ture, il ri­gole et plai­sante avec ses par­te­naires. Quelques ins­tants plus tard, c’est à lui et au gar­dien Guillaume Dietsch que re­vient l’hon­neur d’al­ler cher­cher les mé­dailles et la coupe de vain­queur sous les ap­plau­dis­se­ments du pu­blic. Loïc Mbe Soh a prou­vé que le bleu lui al­lait bien. Convo­qué en équipe de France des moins de 16 ans pour la deuxième fois après un tour­noi en Ecosse en juillet der­nier, le jeune dé­fen­seur du PSG (15 ans de­puis le 13 juin) a été l’un des jeunes Fran­çais les plus en vue lors de la 18e édi­tion du Tour­noi in­ter­na­tio­nal du Val-de-Marne qui s’est conclue, hier, sur le sacre des Tri­co­lores. Il est d’ailleurs le seul membre de la dé­fense à avoir pris part aux trois ren­contres du tour­noi. Ca­pi­taine de la sé­lec­tion jeu­di, il a lais­sé le bras­sard au por­tier hier.

« Ca­pi­taine ou vice-ca­pi­taine, peu im­porte, c’est avant tout un hon­neur et une fier­té de jouer avec l’équipe de France, af­firme l’aî­né d’une fra­trie de trois en­fants. On re­pré­sente des mil­liers de per­sonnes qui rê­ve­raient d’être à notre place. Quand on a por­té une fois ce maillot, on ne veut plus le quit­ter. »

Loïc a fait ca­deau de sa pre­mière tu­nique à sa ma­man… mais la col­lec­tion de­vrait prendre de l’épais­seur à l’ave­nir. Mas­sif et puis­sant (1,85 m), le der­nier rem­part de l’équipe n’a que ra­re­ment été pris en dé­faut. « C’est le pa­tron de la dé­fense, as­sure le sé­lec­tion­neur, Pa­trick Gon­fa­lone. Il a confir­mé tout le bien qu’on pen­sait de lui. Il pos­sède dé­jà une belle ma­tu­ri­té phy­sique et tac­tique. Il dé­gage quelque chose par sa per­son­na­li­té. Ses par­te­naires ont en­vie de le suivre. »

Unique re­pré­sen­tant du centre de for­ma­tion du PSG pré­sent à ce ren­dez-vous où nombre de ses illustres aî­nés se sont fait re­mar­quer (Mai­gnan en 2010, Areo­la et Digne en 2008, ou en­core Ben Ar­fa en 2003), Mbe Soh a donc di­gne­ment re­pré­sen­té le club de la ca­pi­tale. « J’ai tou­jours ai­mé ce club, plus pe­tit je re­gar­dais leurs matchs à la té­lé, j’ado­rais Ro­nal­din­ho, confie ce­lui dont le contrat court jus­qu’à ses 18 ans. J’ai­me­rais bien y de­ve­nir pro mais c’est dé­jà un hon­neur d’être au centre de for­ma­tion vu l’en­ver­gure qu’a prise le PSG. »

Né à Sou­za Gare au Ca­me­roun, le pe­tit Loïc ar­rive en France quelques an­nées plus tard à Pon­toise. C’est dans cette ville du Val-d’Oise qu’il dé­couvre le foot au poste d’at­ta­quant avant de fi­ler deux ans à Courbevoie. Ce­la fait quatre sai­sons qu’il porte la tu­nique du PSG, où il est ré­gu­liè­re­ment sur­clas­sé. Comme ses idoles Mar­quin­hos et sur­tout Thia­go Sil­va. « Je suis un at­ta­quant à la base, sou­rit ce­lui qu’on sur­nomme O Mons­tro 2.0 (« le monstre 2.0 ») en ré­fé­rence au sur­nom du ca­pi­taine pa­ri­sien. Même si je joue en dé­fense, j’aime bien mar­quer des buts, faire trem­bler les fi­lets. Je monte sou­vent de­vant… » Aus­si doué balle aux pieds que sty­lo entre les doigts, Mbé Soh est en­tré il y a quelques se­maines en 1re S… avec un an d’avance. Aux âmes bien nées, la va­leur n’at­tend dé­ci­dé­ment point le nombre des an­nées…

MÊME SI JE JOUE EN DÉ­FENSE, J’AIME BIEN MAR­QUER DES BUTS

Le Ples­sis-Tré­vise (Val-de-Marne), hier. Loïc Mbe Soh, en contrat avec le PSG jus­qu’en 2018 où il est sou­vent sur­clas­sé, réus­sit aus­si bien sur le ter­rain qu’en classe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.