Com­ment mieux dor­mir

Nous sommes au bas mot 15 mil­lions de per­sonnes à souf­frir de troubles du som­meil en France. Et le pas­sage, la nuit der­nière, à l’heure d’hi­ver n’a rien ar­ran­gé.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - PAR FRÉ­DÉ­RIC MOUCHON

DANS LA MY­THO­LO­GIE GRECQUE, Mor­phée a la ca­pa­ci­té d’en­dor­mir les mor­tels. Dans la vraie vie, un tiers des Fran­çais sont to­ta­le­ment in­sen­sibles à son pou­voir et in­ca­pables, la nuit ve­nue, de s’éva­der au pays des rêves. Et ce n’est pas le pas­sage à l’heure d’hi­ver qui va amé­lio­rer les choses. Car si les cou­che­tard som­no­le­ront sous leur couette une heure de plus ce ma­tin, les lè­ve­tôt, eux, met­tront des jours à s’en re­mettre (lire ci-des­sous). « La France est le pays qui consomme le plus de som­ni­fères et l’on de­vrait ajus­ter nos ho­raires de tra­vail et d’école au so­leil pour en fi­nir avec ces chan­ge­ments d’heure qui per­turbent nos re­pères et sont né­fastes », es­time Eléo­nore Ga­ba­rain, pré­si­dente de l’As­so­cia­tion contre l’heure d’été double (Ached). Alors que le som­meil per­met de re­cons­ti­tuer l’éner­gie de nos cel­lules mus­cu­laires et ner­veuses et sti­mule nos dé­fenses im­mu­ni­taires, 73 % de la po­pu­la­tion af­firme se ré­veiller au moins une fois la nuit. Seule­ment 18 % de ceux qui souffrent de troubles chro­niques du som­meil ont dé­ci­dé de suivre un trai­te­ment. Les autres, fa­ta­listes, font avec. Ir­ri­ta­bi­li­té, risques d’ac­ci­dents car­dio­vas­cu­laires, obé­si­té, burn-out… mal dor­mir est de­ve­nu un tel fléau qu’une cin­quan­taine de centres du som­meil ac­cueillent les pa­tients les plus sé­vères. Cer­tains souffrent d’insomnies de­puis plus de dix ans ! Et l’Ins­ti­tut na­tio­nal du som­meil et de la vi­gi­lance s’alarme au­jourd’hui de voir qu’un tiers des Fran­çais uti­lisent leur or­di­na­teur ou leur smart­phone dans leur lit le soir. Une hé­ré­sie pour les mé­de­cins.

Mais ce sont peut-être les nou­velles tech­no­lo­gies qui ai­de­ront de­main les in­som­niaques à re­trou­ver les bras de Mor­phée. Même si, dans ce do­maine, les mé­de­cins res­tent as­sez du­bi­ta­tifs sur l’ef­fi­ca­ci­té des montres connec­tées, des ap­plis mo­biles et autres gad­gets élec­tro­niques cen­sés vous ai­der à mieux trou­ver le som­meil ou à vous ré­veiller au meilleur mo­ment.

INSOMNIES SÉ­VÈRES

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.