Tra­vailler chez Air­bus, L’Oréal, EDF, les Fran­çais en rêvent

SON­DAGE Air­bus, L’Oréal et EDF sont sur le po­dium tri­co­lore des « en­tre­prises pré­fé­rées des Fran­çais » pour y tra­vailler. C’est ce que ré­vèle un son­dage réa­li­sé par l’ins­ti­tut To­lu­na, où fi­gurent aus­si Cha­nel, TF 1 et Da­none.

Le Parisien (Paris) - - À LA UNE - PAR CÉ­LINE CHAUDEAU

Il faut croire que nous ai­mons nos fleu­rons. « À tra­vers ce son­dage, les Fran­çais se ré­vèlent plus at­ten­tifs qu’on ne l’ima­gine à l’ac­tua­li­té des en­tre­prises », ré­sume Charles Le­peu, fon­da­teur de la dis­tinc­tion « En­tre­prises pré­fé­rées des Fran­çais ». Dans ce pal­ma­rès éta­bli par l’ins­ti­tut de son­dage To­lu­na (voir in­fo­gra­phie page de droite), le po­dium tri­co­lore des « meilleures en­tre­prises où tra­vailler » est oc­cu­pé par Air­bus, L’Oréal et EDF. Et, pour Charles Le­peu, ce­la ne doit rien au ha­sard. « Les en­tre­prises fran­çaises qui se dis­tinguent sont so­lides. Quatre d’entre elles - Air­bus, EDF, SNCF, France Té­lé­vi­sions - sont même des en­tre­prises à par­ti­ci­pa­tion pu­blique. Dans cette pé­riode de chô­mage, les Fran­çais sont cer­tai­ne­ment sen­sibles à la sé­cu­ri­té de l’em­ploi. » UN CER­TAIN GOÛT POUR LE SEC­TEUR PU­BLIC « Bien sûr, on re­trouve un cer­tain goût pour le sec­teur pu­blic au sens large, abonde Phi­lippe Guilbert, di­rec­teur gé­né­ral de To­lu­na. Mais ce sont aus­si des ac­teurs à di­men­sion in­ter­na­tio­nale et ayant su évo­luer avec leur temps qui sont dis­tin­gués. L’exemple de la SNCF est in­té­res­sant car c’est une en­tre­prise tra­di­tion­nelle qui a lar­ge­ment pris le vi­rage nu­mé­rique. Il en va de même pour Air­bus : ses suc­cès com­mer­ciaux dans le monde et sa maî­trise tech­no­lo­gique en font un lea­deur in­con­tes­té de l’aé­ro­nau­tique. » Mais, pour cet ob­ser­va­teur, cette ana­lyse se vé­ri­fie aus­si tout au long du clas­se­ment. « Les Fran­çais ont une ex­cel­lente vi­sion de leurs cham­pions. Glo­ba­le­ment, ils res­tent quand même sen­sibles au rayon­ne­ment et à la pé­ren­ni­té d’une marque. » LUXE, BEAU­TÉ ET MÉ­DIAS EN TÊTE Autre en­sei­gne­ment de l’étude : les dix pre­mières en­tre­prises fran­çaises ci­tées par les son­dés font la part belle à cer­tains sec­teurs. « On constate ain­si que les Fran­çais ap­pré­cient l’idée de tra­vailler dans un fleu­ron na­tio­nal et s’in­té­ressent vo­lon­tiers aux sec­teurs du luxe et de la beau­té, aux mé­dias ou à l’ali­men­ta­tion », constate Charles Le­peu.

A l’in­verse, des sec­teurs comme la banque, la dis­tri­bu­tion ou les ser­vices sont moins bien re­pré­sen­tés. « En bas de notre clas­se­ment, des en­tre­prises comme OVH, pour­tant un grand hé­ber­geur fran­çais de sites Web, ou So­pra Ste­ria, lea­deur eu­ro­péen de la trans­for­ma­tion nu­mé­rique, soufrent d’un dé­fi­cit de no­to­rié­té au­près du grand pu­blic. Or ce sont de gros em­ployeurs, avec des chifres d’afaires im­por­tants, qui gagnent à être connus et où des can­di­dats peuvent aus­si pos­tu­ler. »

(AR­NAUD JOUR­NOIS)

Le lea­der de l’éner­gie EDF est nu­mé­ro 3 dans le clas­se­ment des en­tre­prises où les son­dés ai­me­raient tra­vailler.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.