Un cock­tail de vi­ta­mines sur-me­sure à do­mi­cile

Bloo­mi­zon offre une plate-forme per­met­tant de dé­ter­mi­ner ses be­soins en vi­ta­mines et de pal­lier ses ca­rences avec des com­plé­ments sur-me­sure et li­vrés à do­mi­cile.

Le Parisien (Paris) - - DÉVELOPPEMENT - PAR

SU­REX­PLOI­TA­TION DES SOLS et consom­ma­tion non sai­son­nière des ali­ments ont conduit en 50 ans à une di­mi­nu­tion de 50 % de la te­neur en vi­ta­mine C de la pomme de terre, moins 20 % pour la ba­nane. « Il est im­pos­sible au­jourd’hui de trou­ver dans l’ali­men­ta­tion la quan­ti­té de vi­ta­mines dont on a be­soin au quo­ti­dien et, à l’in­verse, les com­plé­ments ali­men­taires pré­sents sur le mar­ché offrent les do­sages maxi­mum au­to­ri­sés par la loi, créant des ex­cès pou­vant être no­cifs », dé­clare Mé­la­nie Jon­niaux, in­gé­nieur en bio­lo­gie et fon­da­trice de Bloo­mi­zon. Avec ses trois as­so­ciés, elle s’est lan­cée dans une phase de re­cherche fon­da­men­tale pour com­prendre les be­soins en nu­tri­ments des in­di­vi­dus, en fonc­tion de leurs don­nées phy­sio­lo­giques, ali­men­taires et en­vi­ron­ne­men­tales. La start-up a dé­ve­lop­pé en­suite un al­go­rithme pour per­mettre à cha­cun de cal­cu­ler ses be­soins quo­ti­diens en vi­ta­mines et pro­po­ser des com­plé­ments vi­ta­mi­nés sur-me­sure. Au­jourd’hui, à par­tir d’un diag­nos­tic éta­bli gra­tui­te­ment via le site ou l’ap­pli­ca­tion de Bloo­mi­zon, l’uti­li­sa­teur cal­cule ses ca­rences et peut com­man­der les vi­ta­mines qui cor­res­pondent à ses be­soins : « Comme nous ar­ri­vons à cal­cu­ler le nu­tri­nome de cha­cun et donc le del­ta entre les be­soins et les ap­ports pour chaque vi­ta­mine, nous ar­ri­vons à en­cap­su­ler la bonne con­cen­tra­tion pour chaque per­sonne ». Au-de­là des in­for­ma­tions dé­cla­rées par l’uti­li­sa­teur sur ses ha­bi­tudes ali­men­taires, spor­tives et phy­siques, Bloo­mi­zon est éga­le­ment ca­pable d’ana­ly­ser l’in­fluence de l’en­vi­ron­ne­ment sur lui grâce aux don­nées ré­cu­pé­rées, no­tam­ment via Mé­téo France.

UN SOM­MEIL PLUS RÉ­PA­RA­TEUR

A do­mi­cile, il suf­fit de prendre ses vi­ta­mines au quo­ti­dien en sui­vant l’évolution de son pro­gramme sur son ta­bleau de bord per­son­nel. Ré­sul­tat : « Au bout de 10 jours, nos clients disent res­sen­tir un mieux-être, plus d’éner­gie et bé­né­fi­cient d’un meilleur som­meil ». Pour dé­bor­der d’éner­gie, comp­tez en moyenne 30 € par mois. Avec 5 000 uti­li­sa­teurs fran­çais, an­glais et belges mais sans concur­rent di­rect, Bloo­mi­zon en­vi­sage un dé­ve­lop­pe­ment en Eu­rope et aux USA dans un pre­mier temps. La start-up, ac­com­pa­gnée par la plate-forme d’in­no­va­tion Smart Food Pa­ris, ré­flé­chit à une le­vée de fonds pour agran­dir son équipe de 9 per­sonnes et dé­ve­lop­per son concept au­près des en­tre­prises. Pour la dé­cou­vrir, ren­dez-vous jus­qu’au 31 mars au concept-store Bloo­mi­zon du Cnit de La Dé­fense.

En fonc­tion de leurs don­nées phy­sio­lo­giques, les uti­li­sa­teurs de Bloo­mi­zon se voient pro­po­ser des com­plé­ments vi­ta­mi­nés

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.