Re­boos­tez vos an­ciens or­di­na­teurs à prix ma­lins

Dans l’Es­sonne, à la res­sour­ce­rie La Fa­brique à Neuf, les vieux or­dis trouvent une se­conde vie. Vous pou­vez re­par­tir avec un PC re­boos­té à 50 € ou 80 € se­lon sa puis­sance.

Le Parisien (Paris) - - LE JOURNAL DE PARIS - PAR BÉ­NÉ­DICTE AGOUDETSÉ

Vos en­fants vous ré­clament à cor et à cri leur pre­mier or­di mais vous n’avez pas le bud­get ? Vous êtes de la vieille école et in­ca­pables de dé­cla­rer vos im­pôts en ligne, ou en­core de­man­deurs d’em­ploi ou étu­diants fau­chés ? Of­frez-vous un PC re­con­di­tion­né à 50 €, ou 80 € pour un mo­dèle plus puis­sant. Dans les cinq points de vente de La Fa­brique à Neuf, c’est pos­sible ! Cette gi­gan­tesque res­sour­ce­rie as­so­cia­tive ba­sée de­puis 2013 dans l’Es­sonne, à Ris-Oran­gis (deux points de vente), Cor­beilEs­sonnes (deux points de vente aus­si) et Mont­ge­ron, vous pro­pose à ce prix dé­fiant toute concur­rence un ma­té­riel très per­for­mant. Et si vous pos­sé­dez dé­jà l’écran, l’uni­té cen­trale ne vous coûte que 30 €.

A l’ori­gine de cette source mi­ra­cu­leuse, Fa­brice, ani­ma­teur dans une ra­dio lo­cale et vé­ri­table as de l’in­for­ma­tique. Il re­donne bé­né­vo­le­ment et avec peu de moyens, une se­conde jeu­nesse aux ma­chines ob­so­lètes, le plus sou­vent dé­po­sées par des par­ti­cu­liers, des en­tre­prises ou des col­lec­ti­vi­tés lo­cales dé­si­reuses de mo­der­ni­ser leurs équi­pe­ments. Ré­sul­tat : « De­puis le dé­but de cette vente en jan­vier, près de la cen­taine de PC que j’ai re­con­di­tion­nées a dé­jà été ven­du, se fé­li­cite-t-il. Et pour l’ins­tant, au­cun ache­teur n’est re­ve­nu se plaindre d’une panne. Gé­né­ra­le­ment, j’uti­lise les com­po­sants de trois ma­chines pour en pro­duire une nou­velle. »

Oui mais une fois à la mai­son, com­ment se ser­vir de son or­di­na­teur ? « Le kit est li­vré prêt à fonc­tion­ner, avec un sys­tème d’ex­ploi­ta­tion gra­tuit et tout simple à uti­li­ser, ex­plique le ré­pa­ra­teur. Du coup, faire ses pre­miers pas est presque un jeu d’en­fant. »

La pas­sion de Fa­brice lui vient de l’ado­les­cence. « J’ai tout ap­pris sur le tas juste avant les an­nées 2000, grâce à un co­pain, ra­conte ce ma­gi­cien. C’était l’époque où In­ter­net dé­bar­quait chez les par­ti­cu­liers avec les vieux mo­dems de 256 Ko à la connexion bruyante, et les abon­ne­ments fac­tu­rés à la mi­nute, s’amuse-t-il. J’étais dé­jà ce que l’on ap­pelle un geek. Je vou­lais tout com­prendre de ces « bes­tioles ». »

« La frac­ture nu­mé­rique » a mo­ti­vé Fa­brice à pro­po­ser ses ser­vices à la res­sour­ce­rie. « Les ci­toyens ne sont pas égaux face aux dé­marches quo­ti­diennes. Ils doivent de plus en plus re­cou­rir à In­ter­net pour payer leurs im­pôts, suivre leurs droits sur les sites de Pôle em­ploi, de la CAF, de la Sé­cu, ou en­core s’ins­crire à l’uni­ver­si­té. »

A terme, il es­père qu’un autre bé­né­vole le re­join­dra pour dé­ve­lop­per cette ac­ti­vi­té so­li­daire. « Ce­la nous don­ne­rait du temps pour créer un ate­lier de for­ma­tion des­ti­né aux uti­li­sa­teurs les moins fa­mi­lia­ri­sés avec l’in­for­ma­tique et In­ter­net. »

UNE CEN­TAINE DE PC RE­CON­DI­TION­NÉS ONT ÉTÉ VEN­DUS. ET POUR L’INS­TANT, AU­CUN ACHE­TEUR N’EST RE­VE­NU SE PLAINDRE FA­BRICE, AS DE L’IN­FOR­MA­TIQUE

Cor­beil (Es­sonne). A la res­sour­ce­rie, Fa­brice, bé­né­vole geek ré­pare les or­di­na­teurs. L’as­so­cia­tion compte cinq points de vente à Cor­beil, Ris-Oran­gis et Mont­ge­ron.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.