Af­faire Tos­can : le sus­pect ar­rê­té vingt mi­nutes

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

Ian Bai­ley, sus­pect nu­mé­ro un dans le meurtre de la fran­çaise So­phie Tos­can du Plan­tier en dé­cembre 1996, a de nou­veau été ar­rê­té jeu­di en Ir­lande… pour une du­rée de vingt mi­nutes. En­ten­du à Du­blin par la Haute Cour dans le cadre du man­dat d’ar­rêt émis par la France, qui sou­haite le ju­ger pour ce meurtre, le Bri­tan­nique a été pla­cé sous contrôle ju­di­ciaire dans la fou­lée, dans l’at­tente du dé­bat au fond qui se tien­dra de­vant cette même cour le 7 avril. Ses avo­cats comptent contes­ter la va­li­di­té de cet- te pro­cé­dure d’ex­tra­di­tion comme ils l’ont dé­jà fait par le pas­sé avec suc­cès. Ian Bai­ley, seul et unique sus­pect dans cette af­faire, n’a ja­mais été in­cul­pé en Ir­lande, en dé­pit d’élé­ments ac­ca­blants.

La France, comme le pré­voit le Code pé­nal en cas de meurtre d’un Fran­çais à l’étran­ger, avait alors pris le re­lais et me­né sa propre en­quête. L’ins­truc­tion, close en juillet der­nier, a dé­bou­ché sur la mise en ac­cu­sa­tion de Bai­ley, qui de­vrait être ju­gé en France à un ho­ri­zon in­cer­tain… et, sans doute, en son ab­sen- ce. Une pre­mière de­mande d’ex­tra­di­tion avait en ef­fet échoué en 2012, après deux ans de ba­taille ju­di- ciaire. Et s’il est peu pro­bable que ce nou­veau man­dat d’ar­rêt connaisse une is­sue dif­fé­rente, son exa­men pour­rait re­tar­der d’au­tant la te­nue d’un pro­cès en France. « La fa­mille de So­phie, qui pa­tiente de­puis plus de vingt ans, vou­drait évi­ter de re­par­tir dans un pro­ces­sus in­ter­mi­nable », ré­agit Me Alain Spilliaert, avo­cat des proches de la vic­time. Car Ian Bai­ley, qui a tou­jours nié son im­pli­ca­tion, compte bien user de toutes les voies de re­cours à sa dis­po­si­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.