La SNCF ac­tive ses pre­miers por­tiques TGV

Après avoir été tes­tés l’an der­nier, les pre­miers por­tiques se­ront opé­ra­tion­nels dans les jours à ve­nir à Pa­ris, gare Mont­par­nasse.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - VINCENT VÉRIER

le TGV comme avant. An­non­cé il y a plu­sieurs mois, le pas­sage par des bar­rières au­to­ma­tiques pour ac­cé­der aux TGV va de­ve­nir réa­li­té à la gare Mont­par­nasse (Pa­ris XIVe). D’ici quelques jours, pro­ba­ble­ment de­main se­lon nos in­for­ma­tions, il fau­dra pré­sen­ter un billet va­lide pour que les portes trans­lu­cides ins­tal­lées sur les neuf quais de TGV s’ouvrent.Une­pre­miè­re­qui­se­ra dé­ployée dans les treize autres prin­ci­pales gares

L’ins­tal­la­tion fait suite à une phase d’ex­pé­ri­men­ta­tion me­née l’an der­nier à Mont­par­nasse dé­jà et à Mar­seille. Elle a fi­ni de convaincre la SNCF que ces bar­rières étaient la bonne so­lu­tion pour lutter contre la fraude, amé­lio­rer la sû­re­té des contrô­leurs et dé­ga­ger du temps aux per­son­nels­de­laSNCFa­find’ap­por­ter plus de ser­vices aux voyageurs à bord. Dans un do­cu­ment confi­den­tiel qui dresse le bi­lan de cette ex­pé­ri­men­ta­tion, et que nous avons consul­té, il ap­pa­raît que le contrôle au­to- ma­tique des billets a conduit à créer « une am­biance à bord plus se­reine ». Même re­la­tion apai­sée entre le contrô­leur et le voya­geur à quai, puisque « désormais c’est la ma­chine qui re­fuse l’ac­cès et non l’agent », se­lon le rap­port.

Au to­tal, pen­dant la phase d’ e s s a i , 1 70 0 TG V, so i t 325 000 clients, ont été contrô­lés en pas­sant par ces por­tiques. D’après le do­cu­ment, l’em­bar­que­ment au­to­ma­tique de 1 000 voyageurs est réa­li­sable entre vingt mi­nutes et deux mi­nutes avant le dé­part d’un train, à condi­tion de dis­po­ser de suf­fi­sam­ment de portes d’ac­cès aux quais.

« Il ne s’agit pas d’em­bar­quer au­to­ma­ti­que­ment 100 % des TGV qui partent de­puis une gare équi­pée du dis­po­si­tif, tem­père une source in­terne. En cas de forte in­fluence, on se ré­serve la pos­si­bi­li­té d’ou­vrir les portes et d’ef­fec­tuer les contrôles de billets à bord. » Il reste que ce dé­ploie­ment in­quiète la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des as­so­cia­tions d’usa­gers des trans­ports (FNAUT). « La SNCF trans­forme le train en avion, dé­nonce Jean Le­noir, son vice-pré­sident. La du­rée d’em­bar­que­ment va s’al­lon­ger et on perd en sim­pli­ci­té. On ne pour­ra plus ac­com­pa­gner ses proches jus­qu’au TGV, et com­ment fe­ront les clients Pro, par exemple, s’ils veulent prendre le TGV avant ou après ce­lui ré­ser­vé ? » Des in­quié­tudes que la com­pa­gnie va ten­ter d’apai­ser.

Dans d’autres do­cu­ments que nous nous sommes pro­cu­rés, elle pré­voit une or­ga­ni­sa­tion par­ti­cu­lière pour que ce nou­veau dis­po­si­tif soit bien ac­cueilli. Plu­sieurs mails se­ront en­voyés avant le dé­part pour ex­pli­quer aux clients le fonc­tion­ne­ment. Des contrô­leurs, au moins quatre, se­ront dis­po­sés en amont et en aval des bar­rières pour gé­rer les flux, re­pé­rer les clients fra­giles ou ai­der si un billet n’est pas re­con­nu. Les en­fants ou les groupes pour­raient ain­si être prio­ri­sés et pas­ser le dis­po­si­tif avant même l’af­fi­chage du train. Même chose pour les clients Pro, qui dis­po­se­ront des portes ré­ser­vées­pour­pas­ser­plus­ra­pi­de­ment et où un contrô­leur pour­ra, le cas échéant, les ré­gu­la­ri­ser s’ils sou­haitent prendre un TGV dif­fé­rent. Par ailleurs, le res­pon­sable d’em­bar­que­ment pour­ra, se­lon les cas, au­to­ri­ser un tiers à ac­com­pa­gner un pas­sa­ger.

Mais­pas­sûr­que­ce­la­per­mette de convaincre com­plè­te­ment la FNAUT. « Ces bar­rières ne contrôlent que si le billet est va­lide et pas si le pas­sa­ger est en pos­ses­sion de sa carte de ré­duc­tion ou d’abon­ne­ment, constate Jean Le­noir. Il fau­dra un se­cond contrôle à bord. » Sol­li­ci­tée, la com­pa­gnie n’a pas sou­hai­té ré­pondre à nos ques­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.