« Les po­li­tiques ont pris conscience qu’il faut faire pro­gres­ser l’école »

Eric Char­bon­nier, ex­pert de l’édu­ca­tion à l’OCDE

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE - PAR JOFFREYVOVOS

FI­NI LES DIS­COURS à l’em­por­te­pièce sur cette Edu­ca­tion na­tio­nale aux ef­fec­tifs plé­tho­riques qu’il fau­drait dé­grais­ser à tout prix ? Dans cette cam­pagne, les can­di­dats à la pré­si­den­tielle n’en parlent en tout cas pas ou­ver­te­ment. Même François Fillon, qui sou­haite pour­tant sup­pri­mer un de­mi-mil­lion d’em­plois dans la fonc­tion pu­blique, s’en garde bien. Il faut dire que la si­tua­tion n’est guère re­lui­sante.

« Re­gar­dez en Guyane : des en­fants sont dé­sco­la­ri­sés, les éta­blis­se­ments sont en sur­ef­fec­tif », pointe Luc Rou­ban, di­rec­teur de re­cherches au Ce­vi­pof. A gauche, on es­time qu’il fau­drait re­cru­ter : Benoît Hamon prône 40 000 em­bauches et Jean-Luc Mélenchon, 60 000. « Le dis­cours des po­li­tiques a chan­gé. Il y a une prise de conscience qu’il faut faire pro­gres­ser l’école », ob­serve Eric Char­bon­nier, ex­pert de l’édu­ca­tion à l’Or­ga­ni­sa­tion de co­opé­ra­tion et de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­miques (OCDE). L’ÉDU­CA­TION NA­TIO­NALE, PRE­MIER BUD­GET DE LA NA­TION La Rue de Gre­nelle em­ploie dé­jà plus de la moi­tié des agents de l’Etat. Pour au­tant, le taux d’en­ca­dre­ment reste as­sez faible : 15 élèves par en­sei­gnant contre 12 en moyenne dans les pays de l’OCDE. « Il y a eu de graves sai­gnées sous Ni­co­las Sar­ko­zy dont on peine tou­jours à se re­mettre », es­time Fran­cette Po­pi­neau, la co­se­cré­taire gé­né­rale du Snuipp-FSU, prin­ci­pal syn­di­cat des ins­ti­tu­teurs. Les 80 000 postes en moins entre 2007 et 2012 n’ont pas été to­ta­le­ment com­pen­sés par les 60 000 re­créés pen­dant le quin­quen­nat de Hollande. « A cause de ces coupes, nous avons eu par exemple de moins en moins la pos­si­bi­li­té de par­tir en for­ma­tion. Or c’est es­sen­tiel pour­dis­pen­se­ru­nen­sei­gne­ment de qua­li­té. A l’in­verse, les re­cru­te­ments de ces cinq der­nières an­nées ont per­mis de mieux prendre en charge les dif­fi­cul­tés sco­laires, avec la mise en place de dis­po­si­tifs in­no­vants comme Plus de maîtres que de classes ( NDLR : des ren­forts dans cer­taines écoles)

», ar­gu­mente Ca­the­rine Nave-Be­kh­ti, la nou­velle se­cré­taire gé­né­rale du Sgen-CFDT.

En 2015, le bud­get de l’Edu­ca­tion na­tio­nale est re­de­ve­nu le pre­mier de la na­tion. Il s’élève désormais à 92,49 Mds€, en­sei­gne­ment su­pé­rieur compris, soit 9 Mds€ de plus qu’en 2012. Suf­fi­sant pour l’ai­der à se re­le­ver ? « Il fau­drait mieux in­ves­tir à cer­tains en­droits plu­tôt qu’à d’autres », es­time Eric Char­bon­nier. Dans le pri­maire, la dé­pense par élève est de 15 % in­fé­rieure à la moyenne de l’OCDE alors qu’elle est équi­va­lente en col­lège et net­te­ment plus éle­vée en ly­cée, de 37 %. »

Pour au­tant, dans les ba­huts, les be­soins ne sont pas moins im­por­tants. « De­puis 2009, les ef­fec­tifs du se­cond de­gré ne cessent de croître », rap­pelle Fa­bienne Bel­lin, spé­cia­liste de ces ques­tions au Snes. Elle met en garde pour sep­tembre. « A la ren­trée pro­chaine, ils de­vraient connaître une ex­plo­sion : 50 000 élèves sup­plé­men­taires sont at­ten­dus en rai­son du boom dé­mo­gra­phique des an­nées 2000 et 2006. » Il fau­dra alors bien trou­ver des profs en plus.

En France, le taux d’en­ca­dre­ment sco­laire reste as­sez faible : 15 élèves par en­sei­gnant contre 12 en moyenne dans les pays de l’OCDE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.