Le coû­teux mil­le­feuille de la fonc­tion pu­blique

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

PASSIMPLE d’y voir clair dans la fonc­tion pu­blique. Dé­jà, elle compte trois ver­sants : celle d’Etat (po­li­ciers, juges, en­sei­gnants…) ; 2,47 mil­lions d’agents. L’hos­pi­ta­lière, qui en em­ploie 1,18 mil­lion. La ter­ri­to­riale, en­fin, avec ses presque 2 mil­lions d’em­plois. Soit 5,65 mil­lions de per­sonnes, aux­quelles il faut ajou­ter 192 000 contrats ai­dés, re­le­vant du droit pri­vé.

Une fo­rêt, une jungle même. Car tous ne sont pas fonctionnaires, ou ti­tu­laires, re­cru­tés sur concours et em­ployés à vie. La France compte aus­si 940 000 non-ti­tu­laires, ou contrac­tuels. Des per­son­nels plus flexibles, sou­vent à temps par­tiel, en contrat à du­rée dé­ter­mi­née, aux­quels la fonc­tion pu­blique a de plus en plus re­cours : + 20 % en dix ans. PLUS DE 500 OPÉRATEURS DE L’ÉTAT Il existe aus­si de très nom­breux opérateurs de l’Etat, à sta­tut pu­blic ou pri­vé, pla­cés sous l’au­to­ri­té de l’Etat, et ré­mu­né­rés par lui, qui leur confie des mis­sions. Par­mi les plus connus : Pôle em­ploi, l’Of­fice na­tio­nal des fo­rêts, di­verses au­to­ri­tés de contrôle ou de ré­gu­la­tion, les agences ré­gio­nales de san­té, agences de l’eau ou de ges­tion de dé­chets, le CNRS, et de­puis 2011 les uni­ver­si­tés. Fin 2016, on en comp­tait 504. Mon­tant de leur masse sa­la­riale an­nuelle : 25 Mds€. « En 2011, ces opérateurs em­ployaient 402 192 per­sonnes, rap­porte Agnès Ver­dierMo­li­nié, de l’Ifrap. Fin 2014, on en comp­tait 80 000 de plus ! »

Et que dire des col­lec­ti­vi­tés lo­cales dont l’Etat a fa­vo­ri­sé le dé­ploie­ment au fil des lois de dé­cen­tra­li­sa­tion alors que tous nos voi­sins européens concen­traient leurs struc­tures ad­mi­nis­tra­tives ?

De­puis dix-sept ans, des ré­formes ont ten­té de ré­duire ce mil­le­feuille dans l’es­poir d’éco­no­mies d’échelle. La der­nière en date, la ré­forme ter­ri­to­riale de 2015, n’a réus­si qu’à ré­duire de 22 à 13 le nombre de nos ré­gions, sans tou­cher aux dé­par­te­ments.

Se­lon le rap­port an­nuel 2016, la masse sa­la­riale des col­lec­ti­vi­tés pu­bliques lo­cales ex­plose : de 67,8 Mds€ en 2010, elle s’est en­vo­lée à 78,9 Mds€ en 2014. Seule la contrainte bud­gé­taire, par la baisse des do­ta­tions de l’Etat, per­met de com­men­cer à in­ver­ser la ten­dance de­puis l’an der­nier.

La masse sa­la­riale des col­lec­ti­vi­tés pu­bliques lo­cales ex­plose : de 67,8 Mds€ en 2010, elle s’est en­vo­lée à 78,9 Mds€ en 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.