Grand­mé­na­ge­chez­les­ca­nards

L’ar­rê­té pu­blié hier pré­voit des me­sures de bio­sé­cu­ri­té dans les éle­vages.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - JÉ­RÔME SAGE

se­ront bien­tôt de re­tour dans le Sud-Ouest. A par­tir du 29 mai, les ex­ploi­ta­tions pour­ront à nou­veau ac­cueillir des ca­nards, après un vide sa­ni­taire de six se­maines des­ti­né à bou­ter le vi­rus H5N8 hors de la ré­gion et dont les mo­da­li­tés ont été pu­bliées hier au « Jour­nal of­fi­ciel ». 1 134 com­munes des Landes, du Gers, de Haute-Ga­ronne, des Py­ré­néesAt­lan­tiques et des Hau­tesPy­ré­nées sont concer­nées.

Après un « dé­peu­ple­ment » sans pré­cé­dent, qui a vu l’abat­tage en pure perte de près de 4 mil­lions de ca­nards en quatre mois, vient la pro­messe de la re­prise. « Ça donne une vi­si­bi­li­té, com­mente Ch­ris­tophe Mes­plède, éle­veur et pré­sident du Mo­def (Mouvement de dé­fense des ex­ploi­tants fa­mi­liaux) des Landes. Il y en a qui n’ont plus rien pro­duit de­puis dé­but dé- cembre. Et avec une re­prise fin mai, les pre­miers re­ve­nus ar­ri­ve­ront fin sep­tembre… » Mais la nou­velle ne vient pas seule : l’ar­rê­té pré­voit aus­si un ren­for­ce­ment des normes de bio­sé­cu­ri­té. Cette pé­riode blanche ser­vi­ra ain­si à une dés­in­fec­tion ap­pro­fon­die des abris, des par­cours, à une éva­cua­tion des fu­miers ou leur en­fouis­se­ment.

Ces me­sures visent sur­tout à évi­ter le re­tour du vi­rus. Ain­si, des tests de dé­pis­tage préa­lables à tout dé­pla­ce­ment se­ront ef­fec­tués à chaque étape de l’éle­vage, de la li­vrai­son des ca­ne­tons à l’abat­tage, en pas­sant par le ga­vage.

Une me­sure « co­hé­rente et ras­su­rante face à ce vi­rus re­tors, juge Ma­rie-Pierre Pé, porte-pa­role du Ci­fog, l’in­ter­pro­fes­sion­nelle du foie gras. Mal­gré le prix de ces ana­lyses, 600 € par lot de ca­nards », lais­sé à la charge des éle­veurs.

Le net­toyage des ca­mions et des caisses —à l’aide de vi­ru­cides et d’eau chaude — de­vra désormais être soi­gneu­se­ment consi­gné dans un re­gistre rem­pli par le trans­por­teur, pour as­su­rer une tra­ça­bi­li­té des mou­ve­ments d’ani­maux. Cet ar­rê­té in­siste éga­le­ment sur des règles pour­tant dé­jà adop­tées en fé­vrier 2016. Les éle­veurs de­vront ain­si cer­ti­fier sur l’hon­neur leur prise en compte de ces normes. Des contrôles ren­for­cés sont éga­le­ment pré­vus par les ser­vices vé­té­ri­naires…

Mais beau­coup reste à faire pour la fi­lière, en pré­vi­sion d’autres crises. Sté­phane Le Foll, mi­nistre de l’Agri­cul­ture, a ain­si an­non­cé la si­gna­ture le 13avril d’un pacte entre pou­voirs pu­blics et éle­veurs pour rai­son­ner les pra­tiques, no­tam­ment en ma­tière de trans­port des bêtes et de confi­ne­ment lors des pé­riodes à risques des mi­gra­tions. Après le Gange, un tri­bu­nal indien vient d’ac­cor­der à des glaciers, lacs et fo­rêts de l’Hi­ma­laya les mêmes droits que les êtres hu­mains. Ce­ci afin de mieux les pro­té­ger face aux me­naces en­vi­ron­ne­men­tales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.