Ce ru­ban contre la pres­crip­tion

Un sym­bole de so­li­da­ri­té face à la pé­do­phi­lie.

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

et cou­leur pomme « pour la lu­mière », ex­plique l’une des ini­tia­trices. « Toute grande cause a be­soin d’un pe­tit sym­bole. » A la fa­çon du ru­ban rouge, signe de so­li­da­ri­té pour les victimes du si­da, quinze as­so­cia­tions de pro­tec­tion de l’en­fance et de lutte contre les violences sexuelles lancent l’opé­ra­tion le Ru­ban vert pomme. Unies en col­lec­tif, elles veulent y voir un signe de ral­lie­ment pour plai­der l’al­lon­ge­ment des dé­lais de pres­crip­tion des crimes et dé­lits sexuels à l’en­contre de mi­neurs de moins de 15 ans. Ac­tuel­le­ment, une vic­time de crime sexuel peut por­ter plainte dans un dé­lai de vingt ans après sa ma­jo­ri­té. Une du­rée que ces as­so­cia­tions sou­haitent voir s’al­lon­ger.

« Stop pres­crip­tion, unis pour nos en­fants », clame leur slo­gan, qu’un avion a ins­crit dans le ciel de Lyon jeu­di der­nier et qui orne leur page Fa­ce­book. La co­mé­dienne An­dréa Bes­cond, ré­com­pen­sée par un Mo­lière pour son spec­tacle sur la pé­do­phi­lie « les Cha­touilles », ar­bore ce ru­ban. Le pro­duit de sa vente fi­nan­ce­ra des as­so­cia­tions, pré­cise le col­lec­tif

« Il s’agit aus­si d’in­ter­pel­ler les po­li­tiques, à la veille d’échéances élec­to­rales im­por­tantes », in­sistent des par­te­naires du col­lec­tif, où fi­gurent no­tam­ment Stop aux violences sexuelles (SVS), la Pa­role li­bé­rée, En­fance et Par­tage et l’As­so­cia­tion in­ter­na­tio­nale des victimes de l’in­ceste (Ai­vi).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.