Od­sonne Edouard, 19 ans, prê­té par le PSG à Tou­louse, va être ren­voyé du club de Haute-Ga­ronne pour son im­pli­ca­tion avec un autre jeune joueur tou­lou­sain dans une agres­sion.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS -

pier et ami Ma­thieu Ca­fa­ro. De­vant l’am­pleur de l’af­faire, et à la suite d’une réunion sa­me­di entre les deux joueurs et l’en­ca­dre­ment du club, Ca­fa­ro a alors avoué être l’au­teur des tirs qui avaient bles­sé la vic­time, un pas­sant d’une soixan­taine d’an­nées, à l’oreille. Il a ré­di­gé un cour­rier en com­pa­gnie de son conseiller, qu’il a fait par­ve­nir au pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Tou­louse. Il de­vrait être ju­gé en même temps que son co­équi­pier, le 13 juin.

L’af­faire em­bar­rasse à la fois le club et l’en­tou­rage des joueurs, peu en­clins à s’ex­pri­mer ou­ver­te­ment, comme Pas­cal Du­praz, l’en­traî­neur tou­lou­sain. « Ça me dé­sole tellement », nous a-t-il fait sa­voir. Les proches de Ma­thieu Ca­fa­ro, eux, ont dé­ci­dé de ne faire au­cune dé­cla­ra­tion tant qu’une pro­cé­dure of­fi­cielle ne se­ra pas en­clen­chée. Mais le pré­sident du TFC s’est peut-être un peu pré­ci­pi­té. Des in­ves­ti­ga­tions sont tou­jours en cours. Un li­cen­cie­ment doit par ailleurs suivre une ro­cé­dure bien pré­cise. Et pour­quoi sanc­tion­ner Edouard s ’ i l n’e s t p a s l’au­teur des tirs ? L’at­ta­quant est mis à pied et doit pas­ser un en­tre­tien p préa­lable à une sanc­tion ce jeu­di. En com­mu­ni­quant sa dé­ci­sion avant de re­ce­voir Edouard, le di­ri­geant a ba­foué les règles de droit. Pour l’ins­tant, le PSG ne sait pas s’il pour­ra ré­cu­pé­rer le joueur ni quand. Et, si oui, avec quel groupe il pour­ra s’en­traî­ner. De quoi com­pli­quer sa fin de sai­son alors qu’il est pré­con­vo­qué dans une liste élar­gie des moins de 20 ans ame­nés à dis­pu­ter le Mon­dial 2017 en Co­rée du Sud (20 mai au 11 juin).

Il existe trop de zones d’ombre pour af­fir­mer qu’Edouard re­vien­dra pro­chai­ne­ment au camp des Loges. « La dé­ci­sion de Sa­dran est in­juste, ré­agit un proche des joueurs. Il y a quelque temps, un autre joueur, Ton­go Doum­bia, avait été condam­né par la jus­tice (

et n’a pas été in­quié­té par le club. C’est cer­tai­ne­ment plus fa­cile de s’en prendre à deux jeunes joueurs dont la va­leur mar­chande est nulle. » Cette af­faire écorne en­core l’image des foot­bal­leurs. « Ce n’est pas le foot mais deux foot­bal­leurs, cor­rige Da­vid Marraud, le res­pon­sable du pôle es­poirs (13-15 ans) de Cas­tel­mau­rou, près de Tou­louse.

Ils ont fait une conne­rie et as­su­me­ront, mais les ga­mins ont le droit à l’er­reur. Si on peut faire un re­proche aux centres de for­ma­tion, c’est que les ga­mins y sont par­fois des nu­mé­ros. Ici, j’ai in­sis­té par exemple pour qu’ils n’aillent plus en short à l’école, mais bien ha­billés, sans boucles d’oreilles ni cas­quette. Il y a des gar­çon­si­ci­quiont17ou18­de­moyen­neà l’école, qui s’ex­priment bien. Les foot­bal­leurs ont de la cer­velle. » Cer­tains n’ont sim­ple­ment peut-être pas gran­di as­sez vite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.