Mo­na­co re­part de l’avant face à Lille

Cor­ri­gés trois jours plus tôt par le PSG, les Mo­né­gasques, où de nom­breux ti­tu­laires étaient mé­na­gés, ont re­pris leurs es­prits et va­li­dé leur billet pour les de­mi-fi­nales.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - DENOTRECORRESPONDANT ÀMONACOFLORIANFIESCHI

La ré­ac­tion de Mo­na­co, gi­flé sa­me­di par le PSG en fi­nale de la Coupe de la Ligue (1-4), n’al­lait pas man­quer d’être scru­tée. Le propre des grandes équipes est, ra­conte-ton, de ne ja­mais tendre l’autre joue. Ça s’est en­core vé­ri­fié hier soir, et Lille l’a consta­té à ses dé­pens (2-1). Au pas­sage, le lea­deur de la Ligue 1 a si­gné sa 35e vic­toire de la sai­son, toutes com­pé­ti­tions confon­dues. Au­cun club ne compte plus de suc­cès dans les cinq grands cham­pion­nats

L’ASM a donc ré­agi. Avec convic­tion, mais sans re­lief. Néan­moins, cette qua­li­fi­ca­tion at­teste du ca­rac­tère de cette for­ma­tion prin­cière, tou­jours en lice dans trois com­pé­ti­tions. Au vu de ses pres­ta­tions de­puis l’été 2016, ça ne consti­tue pas vrai­ment une sur­prise. Mais trois jours seule­ment après son dé­ra­page au Parc OL, ce suc­cès coupe l’herbe sous le pied de ses contemp­teurs, prompts à l’ima­gi­ner se dé­li­ter dans les pro­chaines se­maines. Ces re­marques né­ga­tives, Leo­nar­do Jar­dim les a, lui aus­si, en­ten­dues. « Ou­blier cette fi­nale de Coupe de la Ligue ? Mais pour­quoi, iro­nise le tech­ni­cien por­tu­gais. Ar­ri­ver en fi­nale, c’est tou­jours quelque chose de po­si­tif . On en a trop fait au­tour de cette dé­faite. Je ne suis pas éner­vé. C’est seule­ment que les gens ne com­prennent pas le sens de notre pro­jet. Ce­lui de Mo­na­co, ce n’est pas seule­ment ga­gner des titres, c’est aus­si faire de la for­ma­tion, et d’es­sayer de pro­duire du beau jeu. C’est la pre­mière fois qu’une équipe, pas­sée par le 3e tour pré­li­mi­naire de la Ligue des cham­pions, ar­rive en quart de fi­nale. Et pour moi, ça, c’est en­core plus beau qu’un tro­phée ».

RADAMEL FAL­CAO A REJOUÉ

Contrai­re­ment à Lille, où Ada­ma Soua­mao­ro, vic­time d’une rup­ture du ten­don d’Achille, se­ra ab­sent pour de longs mois, Mo­na­co n’a au­cune bles­sure à dé­plo­rer. Jar­dim a même éco­no­mi­sé cer­tains cadres (Mbap­pé, Ba­kayo­ko, Si­di­bé, Je­mer­son, Glik, Le­mar), tout en re­don­nant du temps de jeu à Radamel Fal­cao, bles­sé de­puis près d’un mois. « Jouer tous les trois jours, c’est dif­fi­cile, on en a donc pro­fi­té pour faire de la ges­tion. Jus­qu’au bout, je vais avoir be­soin de tout le monde. Fal­cao ? Il re­vient pe­tit à pe­tit. Il a en­core quelques dou­leurs, il n’est pas en­core à cent pour cent », ob­serve le coach lu­si­ta­nien.

Por­tés par leur ca­pi­taine Va­lère Ger­main, au­teur d’un dou­blé (35e, 45e), les Mo­né­gasques ont plié l’af­faire en pre­mière pé­riode, Lille se re­trou­vant ré­duit à dix après l’ex­pul­sion jus­ti­fiée de l’Haï­tien Ar­cus (40e) cou­pable d’une obs­truc­tion en po­si­tion de der­nier dé­fen­seur sur la nou- velle re­crue bré­si­lienne Jorge. Mo­na­co gé­rait en­suite pour ter­mi­ner en roue libre. Place main­te­nant au ma­ra­thon de la prin­ci­pau­té. D’ici à la fin du mois, les co­équi­piers de l’in­dis­pen­sable Fa­bin­ho vont en­chaî­ner pas moins de 7 matchs avec comme point d’orgue cette double confron­ta­tion face au Bo­rus­sia Dort­mund (al­ler le 11 et retour le 19 avril). Pour se his­ser dans le der­nier car­ré de la Ligue des cham­pions, il fau­dra haus­ser, à l’évi­dence, le ni­veau de jeu. Les Mo­né­gasques en sont-ils ca­pables ?

Les stars de l’ef­fec­tif (Mbap­pé, Ber­nar­do Sil­va, Le­mar), si sou­vent dé­ter­mi­nantes en 2017 mais ap­pa­rues en re­trait en fi­nale de la Coupe de la Ligue, dé­tiennent, vrai­sem­bla­ble­ment, la ré­ponse au bout de leurs sou­liers.

Stade Louis-II (Mo­na­co), hier. Au­teur d’un dou­blé en pre­mière mi-temps, l’at­ta­quant Va­lère Ger­main (au centre) a mis les Mo­né­gasques sur les bons rails. Les Azu­réens n’ont pas trem­blé face à Lille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.