Af­freux, sale et char­mant

Le Parisien (Paris) - - QQR -

Il n’a rien pour plaire : vert, re­pous­sant, vi­vant dans la fange d’un ma­rais. Pour­tant, lors­qu’il ap­pa­raît sur les écrans fran­çais en juillet 2001, « Sh­rek » fait l’una­ni­mi­té au­près de la cri­tique comme du pu­blic. Tout le monde a ado­ré suivre le pé­riple d’un monstre qui, pour avoir la paix, ac­cepte de re­trou­ver la fian­cée de Lord Far­quaad, pri- son­nière d’une créa­ture ma­lé­fique. Et ce qui doit ar­ri­ver ar­rive : l’af­freux Sh­rek en tombe éper­du­ment amou­reux !

S’il faut sa­luer la qua­li­té de l’his­toire et son es­prit, la pré­ci­sion des images de syn­thèse et le réa­lisme des ex­pres­sions des per­son­nages, il faut éga­le­ment re­mar­quer l’in­ter­pré­ta­tion fran­çaise des dif­fé­rents rôles. Ce­lui du géant vert a été re­pris à Mike Myers (« Aus­tin Po­wers ») par l’an­cien Nul Alain Cha­bat, seule vé­ri­table « star » du gé­né­rique dou­blage. Quant à l’âne ba­vard, qui colle aux basques de Sh­rek comme la boue à ses bottes, il est re­mar­qua­ble­ment joué par Med Hon­do qui re­prend le rôle d’Ed­die Mur­phy, dont il est la voix fran­çaise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.