Le Parisien (Paris) - - LE JOURNAL DE PARIS -

Une dé­ci­sion de la RATP liée aux tra­vaux spec­ta­cu­laires du fu­tur mé­tro Grand Pa­ris Ex­press, me­nés de­puis le 13 fé­vrier juste sous les voies de la gare d’Ar­cueil-Ca­chan (Valde-Marne). A cause de ce chan­tier, « la vi­tesse des trains est ra­len­tie dans les deux sens au­tour des tra­vaux », jus­ti­fie la RATP. Autre consé­quence : tous les trains aux heures de pointe des­servent dé­sor­mais l’en­semble des gares entre Bourg-la-Reine et Ci­té-Uni­ver­si­taire (Ba­gneux, Ar­cueilCa­chan, La­place, Gen­tilly), alors qu’avant, le RER B ne s’ar­rê­tait pas par­tout. « Cette des­serte im­plique un ral­lon­ge­ment de temps de par­cours li­mi­té », as­sure la RATP, qui s’en­gage aus­si à « main­te­nir l’offre à 20 trains par heure ».

Dans les faits, c’est plus com­pli­qué. Là où les pre­mières es­ti­ma­tions étaient plu­tôt sur 2 ou 3 mi­nutes de per­dues, Au­drey, elle, constate « au mi­ni­mum des re­tards de cinq mi­nutes tous les jours ». Ex­cé­dée, cette ha­bi­tante des Ulis, qui tra­vaille à Pa­ris et prend le RER B tous les jours de­puis la gare de Bures-sur-Yvette (Es­sonne), a dé­ci­dé de lan­cer une pé­ti­tion pour dé­non­cer ces nou­veaux ho­raires non res­pec­tés.

Elle a re­cueilli pour l’ins­tant plus de 730 si­gna­tures, et aus­si le sou­tien de trois élus de l’Es­sonne. La maire (SE) des Ulis, Fran­çoise Ma­rhuen­da, s’est fen­du d’une lettre à la RATP, tout comme, de leurs cô­tés, les maires UDI de Mas­sy, Vincent De­la­haye, et de Bures-surY­vette, Jean-Fran­çois Vi­gier.

Il faut dire que ces chan­ge­ments d’ho­raires et ces ra­len­tis­se­ments ont des ré­per­cus­sions sur toute la ligne, sur­tout au sud. « Cette se­maine, il n’y a pas eu un jour sans pro­blème », se dé­sole Her­vé, usa­ger quo­ti­dien entre Mas­sy et Pa­ris. « C’est par­fois in­vi­vable », ajoute Marc, qui n’avait tou­te­fois pas re­mar­qué les ra­len­tis­se­ments sup­plé­men­taires de­puis fé­vrier, et dé­nonce « la sur­charge gé­né­rale de la ligne ». « Co­lis sus­pect, ma­laise… il y a beau­coup d’in­ci­dents », ren­ché­rit An­na, qui fait tous les jours le tra­jet entre Sceaux et Pa­ris. Et avec ces trains om­ni­bus rap­pro­chés, le moindre grain de sable en­gorge un peu plus une ligne dé­jà à la rup­ture. La RATP re­con­naît d’ailleurs « une ré­duc­tion des marges d’ex­ploi­ta­tion qui per­mettent ha­bi­tuel­le­ment d’ab­sor­ber les pe­tites per­tur­ba­tions », mais pro­met des me­sures d’adap­ta­tion, no­tam­ment « la cir­cu­la­tion de train en se­mi-di­rect », et une nou­velle ré­gu­la­tion « pour sup­pri­mer les re­tards ». Reste à es­pé­rer que ce­la marche car les tra­vaux à Ca­chan doivent du­rer au moins jus­qu’à fin no­vembre. Une ques­tion, une info ? Notre adresse : trans­ports@le­pa­ri­sien.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.