« J’hé­site entre Mé­len­chon et Ha­mon »

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR - DE NOS EN­VOYÉS SPÉ­CIAUX QUEN­TIN LAURENT (TEXTE) ET OLI­VIER LE­JEUNE (PHO­TO) À NAN­CY (MEURTHE-ET-MO­SELLE)

UN BA­TAILLON DE DRA­PEAUX aux cou­leurs du PS, d’EELV, de l’Eu­rope ou de la France fouette l’air au rythme de la musique qui pré­pare l’ar­ri­vée de Be­noît Ha­mon sur scène, ce mer­cre­di soir au Ze­nith de Nan­cy. La salle est pleine. Mais des mi­li­tants aux sym­pa­thi­sants en pas­sant par les cu­rieux, ils sont encore nom­breux à na­vi­guer sous le pa­villon de l’in­dé­ci­sion.

« J’hé­site entre Mé­len­chon et Ha­mon », confie Au­rore, res­pon­sable des res­sources hu­maines dans une col­lec­ti­vi­té lo­cale. Son ami, Meh­di, char­gé d’études dans un ca­bi­net de tra­vaux, vient pour voir en « sym­pa­thi­sant de gauche ». Mais n’a pas pris de dé­ci­sion. En fac de lettres à 21 ans, Cé­line est aus­si là pour se « faire une idée pré­cise » sur Ha­mon, quand Maxi­mi­lien, qui l’ac­com­pagne, af­fiche d’ores et dé­jà la cou­leur : ce se­ra Mé­len­chon. « Mais il y a de bonnes idées par­tout ! » lan­cet-il pour jus­ti­fier sa pré­sence.

D’autres ne cachent pas, au contraire, leur en­thou­siasme : « Ça fait long­temps que ça ne m’était pas ar­ri­vé : je vais voter pour quel­qu’un, et pas contre », se ré­jouit Cé­cile, la cin­quan­taine. Ma­non et Ju­liette, étu­diantes en hy­po­khâgne, 18 ans, iront aux urnes pour le can­di­dat socialiste au pre­mier tour. « Ses idées sont in­té­res­santes, il porte des va­leurs hu­maines ! » as­sure l’une d’elles.

Les mi­li­tants PS croi­sés dans les al­lées de la salle sont aus­si peu en proie au doute. Ain­si Jean-Ma­rie, tré­so­rier en en­tre­prise à la re­traite, rou­le­ra pour Ha­mon jus­qu’au bout. Idem pour Jean-Paul, 70 ans. « Convain­cu, en un seul mot », plai­sante ce re­trai­té de l’Edu­ca­tion na­tio­nale. « Prof », « ins­tit », « di­rec­teur d’école », on en croi­se­ra d’ailleurs beau­coup à Nan­cy. Elec­to­rat tra­di­tion­nel de la gauche, ils sont aus­si nom­breux à ne pas sa­voir à quelle gauche se vouer cette fois-ci. Fred et Nel­ly, la qua­ran­taine, sont ve­nus au mee­ting pour faire « dé­cou­vrir » la po­li­tique à leur fille d’une di­zaine d’an­nées. Lui penche plus pour Mé­len­chon, elle doit « lire les pro­grammes » avant de tran­cher. Le vote Ha­mon est « ce­lui vers le­quel mon coeur va », sou­rit Phi­lippe, di­rec­teur de ma­ter­nelle… hé­si­tant à op­ter pour Ma­cron, de peur d’un se­cond tour Fillon - Le Pen.

Ha­mon parle de­puis une heure. Ca­mille et Jeanne, la pe­tite tren­taine, sont sor­ties prendre l’air, s’al­lu­mer une ci­ga­rette. « C’est notre pre­mier mee­ting, on n’est pas ébau­bies », lâchent ces jeunes ins­tits. Elles font aus­si par­tie des in­dé­cis. Au pre­mier tour, ce se­ra « Ha­mon, Mé­len­chon ou blanc ».

ÇA FAIT LONG­TEMPS QUE ÇA NE M’ÉTAIT PAS AR­RI­VÉ, JE VAIS VOTER POUR QUEL­QU’UN,

CONTRE” ET PAS CÉ­CILE, QUI VO­TE­RA BE­NOÎT HA­MON

CHEZ HA­MON, DES IN­DÉ­CIS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.