Fes­sen­heim : stop ? Non encore

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE -

les six ad­mi­nis­tra­teurs in­dé­pen­dants, dont le PDG du groupe Jean­Ber­nard Lévy (dont le vote compte double), qui, eux, ont vo­té pour, en sa­chant que ce­la leur per­met­tait de gar­der la main sur le ca­len­drier. ques pro­blèmes tech­niques. Et n’est au­jourd’hui pas pré­vue avant 2020. Pire : des mal­fa­çons sur un élé­ment clé du ré­ac­teur, la cuve, dé­cou­vertes l’an­née der­nière, re­mettent sé­rieu­se­ment en cause le chan­tier

En clair, donc : pas de fer­me­ture de Fes­sen­heim dans l’im­mé­diat. Et sur­tout pas avant l’élec­tion d’un nou­veau pré­sident de la Ré­pu­blique.

De­puis hier soir, le gou­ver­ne­ment, et en par­ti­cu­lier Sé­go­lène Royal, tente de sau­ver la face. La mi­nistre de l’Eco­lo­gie et de l’Ener­gie es­time ain­si que le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion d’EDF a « en­fin » pris une bonne dé­ci­sion, « dans la me­sure où le ca­rac­tère ir­ré­ver­sible et iné­luc­table de la fer­me­ture est ex­pli­ci­te­ment ac­té ». Cette der­nière for­mu­la­tion a fait l’ob­jet d’une âpre ba­taille de la part des ad­mi­nis­tra­teurs de l’Etat, ac­tion­naire à 83 % d’EDF, pour qu’elle soit ajou­tée dans le texte. Mais qu’ap­porte-t-elle de plus ? Rien, si ce n’est de dire que la cen­trale de Fes­sen­heim fer­me­ra bien un jour. Mais cette fer­me­ture pour­rait in­ter­ve­nir dans dix ans, voire vingt ans, comme le pré­voit le plan de grand ca­ré­nage mis en place de- puis l’an­née der­nière par EDF, et des­ti­né à mo­der­ni­ser les cen­trales nu­cléaires afin de pou­voir pro­lon­ger leur du­rée de vie, pour un coût es­ti­mé entre 50 et 100 Mds€.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.