La prévention des can­cers, c’est dès 25 ans

Les jeunes femmes vont désormais être in­vi­tées à une vi­site de contrôle prise en charge à 100 %.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - ALINEGÉRARD

le dé­pis­tage gra­tuit ? Pen­sez bien à vous mu­nir de votre nu­mé­ro Ade­ca ! » Ce nu­mé­ro, les quin­quas le connaissent bien. C’est ce­lui qui les in­vite à pas­ser leur mam­mo­gra­phie de contrôle. Bien­tôt, les jeunes femmes aus­si de­vraient avoir droit à cette re­com­man­da­tion quand elles pren­dront ren­dez-vous chez leur gy­né­co ou leur mé­de­cin trai­tant… Pour mieux dé­pis­ter le can­cer du sein mais aus­si le can­cer du col de l’uté­rus, une consul­ta­tion « prise en charge à 100 % par l’As­su­rance ma­la­die » va être mise en place dès l’âge de 25 ans, a an­non­cé hier Ma­ri­sol Tou­raine, la mi­nistre de la San­té, sans pré­ci­ser de date de lan­ce­ment. Jusque-là, seules les femmes âgées de 50 ans et plus avaient droit à une prise en charge spé­ci­fique : jus­qu’à 74 ans, un cour­rier les in­vite à réa­li­ser gra­tui­te­ment une mam­mo­gra­phie tous les deux ans, pour dé­tec­ter une éven­tuelle tu­meur au sein (tous les ans pour celles qui pré­sentent des risques ac­crus). Mais pour les jeunes femmes, il n’exis­tait rien. « C’est au­tour de 25 ans qu’on com­mence à réa­li­ser ses pre­miers frot­tis, qu’on com­mence aus­si à en avoir as­sez de prendre la pi­lule et à ré­flé­chir à d’autres moyens de contra­cep­tion. Cette consul­ta­tion, qui per­met­tra de faire le point sur des tas de su­jets, est donc une ex­cel­lente idée », ap­plau­dit Pia de Reil­hac, la pré­si­dente de la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des col­lèges de gy­né­co­lo­gie mé­di­cale (FNCGM).

Pour son col­lègue Ber­trand de Ro­cham­beau, pré­sident du Syn­gof (Syn­di­cat na­tio­nal des gy­né­co­logues et obs­té­tri­ciens), c’est en­fin l’oc­ca­sion de mieux dé­tec­ter les can­cers du col de l’uté­rus. « Contrai­re­ment au can­cer du sein, on est très en re­tard dans ce do­maine avec une femme sur deux seule­ment dé­pis­tée, ex­plique-til. L’idée n’est donc pas mau­vaise, car 25 ans, c’est l’âge pour le­quel le dé­but de ce dé­pis­tage est re­com­man­dé. C’est ce­lui aus­si où les fac­teurs de risque se cu­mulent. Il faut sa­voir que, lorsque le pa­pil­lo­ma­vi­rus se conjugue avec le ta­ba­gisme, le risque de dé­ve­lop­per un can­cer aug­mente. »

Se­lon le mi­nis­tère de la San­té, 401 000 femmes de­vraient bé­né­fi­cier de cette nou­velle consul­ta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.