Le coup de pouce de DSK à son vieil ami

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

en Espagne, pro­prié­taire d’une ma­gni­fique villa au Cas­te­let, dans le Var, Oli­vier Spi­tha­kis sé­journe aus­si ré­gu­liè­re­ment en Al­gé­rie. Se­lon nos in­for­ma­tions, Il de­vrait y être le 16 avril pour dé­fendre les in­té­rêts de Sic­pa, so­cié­té suisse pri­vée spé­cia­li­sée dans les encres pour im­pri­mer les billets de banque en cir­cu­la­tion dans le monde. « Spit », comme on le sur­nomme, est char­gé d’une mis­sion de conseil au sein de cette so­cié­té qui cherche à s’im­plan­ter en Al­gé­rie.

C’est Do­mi­nique Strauss-Kahn, mis en exa­men dans l’af­faire de la Mnef puis re­laxé, qui a ob­te­nu à son vieil ami ce job très lu­cra­tif. DSK fait lui-même of­fice de consul­tant au sein de cette en­tre­prise fa­mi­liale créée en 1927 et di­ri­gée au­jourd’hui par le mil­liar­daire Phi­lippe Amon, à la fois di­rec­teur gé­né­ral, pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion et ac­tion­naire de la so­cié­té. Celle-ci a d’autres am­bas­sa­deurs de re­nom. Entre DSK et Oli­vier Spi­tha­kis, les liens n’ont ja­mais été rom­pus. Aus­si lors­qu’en 2015, Phi­lippe Amon cherche à s’im­plan­ter en Al­gé­rie, DSK donne tout de suite le nom de son ami qui, grâce à ses ré­seaux mar­seillais — il est né à Mar­seille —, peut mettre en avant un homme d’af­faires al­gé­rien proche de la sé­na­trice PS Sa­mia Ghali et de son ma­ri, avo­cat.

Joint par té­lé­phone, Do­mi­nique Strauss-Kahn n’a sou­hai­té faire au­cun com­men­taire. « Je ne parle plus à la presse, je me suis mis hors champ », ex­plique l’an­cien mi­nistre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.