Spi­tha­kis au coeur du scan­dale de la Mnef

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

tre la mu­tuelle étu­diante et le PS. In­car­cé­ré, puis condam­né au terme d’une longue ins­truc­tion au mi­lieu des an­nées 2000, Spi­tha­kis avait de­puis re­trou­vé l’ano­ny­mat, non sans avoir re­con­nu l’exis­tence de sys­tème oc­culte à la barre du tri­bu­nal. « Une pra­tique cou­rante sous la gauche et la droite », avait-il dit à son pro­cès en 2006 sans ré­vé­ler pour au­tant le de­ve­nir des fonds dé­tour­nés.

Un temps en fonc­tion dans une fi­liale d’EDF, il s’est en­suite ins­tal­lé en Espagne dans la ré­gion de Bar­ce­lone. Là, il oeuvre pour la Pe­fa­co, une so­cié­té que l’on re­trouve dans de nom­breux dos­siers ju­di­ciaires du grand ban­di­tisme corse… La Pe­fa­co est en ef­fet char­gée, no­tam­ment, de dé­ve­lop­per des éta­blis­se­ments de jeux et de pla­cer des ma­chines à sous en Amé­rique la­tine. Un mé­tier aux ac­cents par­fois sul­fu­reux qui né­ces­site de l’en­tre­gent et quelques ap­puis po­li­tiques, qu’Oli­vier Spi­tha­kis a tou­jours su con­ser­ver. Et dont cer­tains l’ac­com­pagnent encore au­jourd’hui dans ses dif­fé­rents pro­jets.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.