Flo­rian Sé­né­chal, l’en­fant des pa­vés

Na­tif du Nord, le cou­reur de l’équipe Co­fi­dis se­ra de­main au dé­part de Pa­ris-Rou­baix, une course qui le fait rê­ver de­puis son en­fance.

Le Parisien (Paris) - - SPORT -

coeur, re­con­naît le cou­reur de Co­fi­dis. Elle tra­verse toute ma ré­gion et passe sur mes routes d’entraînement. C’est un mythe, une course hors norme, la seule où l’on court à tra­vers des fo­rêts, où l’on passe par des che­mins avec des cailloux, des pas­sages ex­trê­me­ment dan­ge­reux. Beau­coup de cou­reurs me disent qu’ils ne veulent pour rien au monde la cou­rir. Cer­tains rêvent de s’im­po­ser au Dau­phi­né ou sur une étape de mon­tagne du Tour de France. Moi, ça ne me dit rien, je veux sur­tout ga­gner Pa­risRou­baix ».

Ado­les­cent, Sé­né­chal rou­lait avec son père sur des pa­vés. Il y a cas­sé « des roues, des gui­dons, des fourches, des pé­da- les, des tiges de selle, des chaînes ou même des chaus­sures » sans ja­mais se dé­cou­ra­ger. Des pas­sages sur les­quels il « se sen­tait fort » et où il aime tou­jours s’élan­cer. Des por­tions « dis­trayantes » qui lui per­mettent de « cas­ser la mo­no­to­nie du Cam­bré­sis » lors de ses séances d’entraînement. Avec tou­jours Rou­baix dans un coin de la tête. « J’y pense tous les jours de l’an­née, as­sure le jeune homme de 23 ans. C’est une pré­pa­ra­tion per­ma­nente, no­tam­ment psy­cho­lo­gi­que­ment. Mais il faut aus­si mettre en place un pro­gramme pour avoir une condi­tion op­ti­male à ce mo­ment-là de l’an­née. » Et comp­ter un peu sur la chance.

Sur des pa­vés qui s’an­noncent secs, il gar­de­ra « un oeil sur l’ho­ri­zon et un autre là où on po- se la roue avant » et se mé­fie­ra « des vagues » for­mées par les ad­ver­saires par­tis cher­cher sur les bas-cô­tés un che­min moins ca­ho­teux. Il n’au­ra pas le temps en re­vanche de sa­luer ses sup­por­teurs, « pré­sents à chaque sec­teur ». Il pas­se­ra néan­moins à quelques ki­lo­mètres de chez ses pa­rents à Cam­brai puis à proxi­mi­té de sa nou­velle maison près de Tour­nai, en Bel­gique, au mo­ment de vi­rer au car­re­four de l’Arbre, là où se joue une par­tie de la course. Il es­père en­core y ac­com­pa­gner le qua­druple vain­queur Tom Boo­nen, son idole de jeu­nesse, qui dis­pute l’ul­time course de sa car­rière.

« J’aimerais ar­ri­ver en même temps que lui et voir ce que ce­la fait d’ef­fec­tuer ce der­nier ki­lo­mètre à ses cô­tés. Ce­la doit être in­croyable à vivre… » Avec une victoire au bout ? « Là ce se­rait vrai­ment beau­coup, sou­rit l’en­fant du pays. Mais je l’ai dé­jà tel­le­ment rê­vé ! » Il pa­raît que l’es­poir fait vivre…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.