57 000 ins­crits sur le deuxième ma­ra­thon du monde

De­main ma­tin, sur le coup de 8 h 20, 189 pays dif­fu­se­ront le dé­part du 41e ma­ra­thon de Pa­ris. La liste des en­ga­gés est com­plète de­puis des mois. Pour 20 000 d’entre eux, c’est la pre­mière fois. Ob­jec­tif : fran­chir la ligne d’ar­ri­vée.

Le Parisien (Paris) - - ILE-DE-FRANCE - ERIC MI­CHEL

ême si vous n’ai­mez pas la course à pied, bran­chez la té­lé di­manche ma­tin sur le coup de 8 h 20. Vous y ver­rez l’une des images les plus spec­ta­cu­laires de l’an­née : plus de 50 000 cou­reurs qui prennent le dé­part du 41e ma­ra­thon de Pa­ris. Un énorme mille-pattes mul­ti­co­lore va s’ébrouer sur l’au­to-pro­cla­mée plus belle ave­nue du monde pen­dant de longues mi­nutes. Dans les 189 pays qui dif­fusent des images de la course, on re­gar­de­ra aus­si ce mo­ment unique. Magique et beau.

57 000 cou­reurs ve­nus de 146 pays dif­fé­rents se sont ins­crits pour vivre cet ins­tant. Avec les for­faits de der­nière mi­nute, ils se­ront quelque 50 000 au dé­part du deuxième plus grand ma­ra­thon du monde der­rière New-York qui reste le roi avec ses 70 000 cou­reurs. « Nous avons 10 000 à 15 000 cou­reurs de plus que les ma­ra­thons de Londres, Berlin ou Chi­ca­go qui font ré­fé­rence » se ré­jouit Edouard Cas­si­gnol, le di­rec­teur de l’épreuve.

MDes Champs-Ely­sées jusqu’à l’ave­nue Foch, 42,195 km plus loin en pas­sant par la Bas­tille, le Bois de Vin­cennes, les quais de Seine, le Tro­ca- de­ro, le Bois de Boulogne ou la Fon­da­tion Louis-Vuit­ton, les cou­reurs vi­si­te­ront Pa­ris dans des condi­tions de rêve de­vant près de 200 000 spec­ta­teurs se­lon les or­ga­ni­sa­teurs. 37 % d’entre eux soit plus de 20 000 cou­ra­geux ten­te­ront l’ex­pé­rience pour la pre­mière fois : domp­ter la dis­tance la plus my­thique du sport dans ce cadre magique.

Peu im­porte s’ils ar­rivent bien après les vain­queurs qui se­ront Ke­nyans ou Ethio­piens et bou­cle­ront la course en moins de 2 h 9 — ar­ri­vée pré­vue vers 10 h 25. Le dé­fi du ma­ra­thon est per­son­nel, ja­mais contre les autres. Les cou­reurs ont sa­cri­fié leur hi­ver dans des heures d’entraînement juste pour un but : fran­chir la ligne pour dire : « Moi aus­si, je suis un ma­ra­tho­nien. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.