Des bis­cuits rem­bour­sés par l’As­su­rance ma­la­die

Les bis­cuits Pro­ti­bis sont bé­né­fiques pour les pa­tients âgés, ano­rexiques ou at­teints de can­cer. A tel point qu’ils sont dé­sor­mais pris en charge par l’as­su­rance ma­la­die.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - PAR FLORENCEMÉRÉO

à son phar­ma­cien une or­don­nance avec des ga­lettes bre­tonnes pur beurre, la scène n’est pas ha­bi­tuelle. Et pour­tant, les bis­cuits Pro­ti­bis viennent d’être re­con­nus pro­duits de san­té. Ils sont à ce titre dé­sor­mais rem­bour­sés par la Sé­cu­ri­té so­ciale. « Une for­mi­dable re­con­nais­sance », ré­sume Isa­belle Prê­cheur. La quin­qua­gé­naire en­jouée n’est pas pâ­tis­sière, en­core moins bre­tonne. Pro­fes­seur de mé­de­cine, elle ar­bores a blouse blanche au CHU de Nice (Alpes-Ma­ri­times), où elle exerce de­puis trente ans comme chi­rur­gien­den­tiste, spé­cia­li­sée en odon­to­lo­gie gé­ria­trique.

L’idée de cette ga­lette a pris forme en 2009 dans la cui­sine cen­trale de l’hô­pi­tal. Son prin­cipe était simple : trou­ver un ali­ment so­lide pou­vant être man­gé quel que soit l’état des dents. « Mon ex­pé­rience au­près des pa­tients âgés m’a ra­pi­de­ment mon­tré que, pour des rai­sons di­verses — fi­nan­cières, so­ciales, psy­cho­lo­giques —, beau­coup ne pou­vaient pas avoir de pro­thèses den­taires. A la clé, note-telle, des ca­rences et une perte in­quié­tante de poids. Je me suis mis en tête de confec­tion­ner un gâ­teau so­lide mais qui se brise fa­ci­le­ment même entre des mâ­choires éden­tées, grâce à une tex­ture friable. On a bos­sé en­core et en­core avec le pâ­tis­sier chef du CHU. »

Son en­tê­te­ment a fait re­cette. Ses ga­lettes hy­per­pro­ti­diques et hy­per­éner­gé­tiques s’adressent au­jourd’hui aux per­sonnes dé­nu­tries ou à risque de dé­nu­tri­tion. Un phé­no­mène qui touche deux mil­lions de per­sonnes en France.

Les études cli­niques ont dé­mon­tré que ce com­plé­ment nu­tri­tion­nel ai­dait les pa­tients à re­prendre du poids, à re­trou­ver l’ap­pé­tit, ré­dui­sait les es­carres et les diar­rhées. Pas éton­nant que la ga­lette gour­mande soit aus­si « pres­crite » aux pa­tients souf­frant d’ano­rexie, aux ma­lades d’Alz­hei­mer ou at­teints d’un can­cer et en perte de poids. « Cer­tains pa­tients pre­naient des bols de cé­réales pour en­fants. Ce­la a un cô­té in­fan­ti­li- sant, s’agace le pro­fes­seur Prê­cheur. On vou­lait un concept non mixé. Quand vous cro­quez, une vibration se trans­met à l’os maxil­laire su­pé­rieur, puis à l’oreille in­terne, puis au cer­veau. Il y a un plai­sir sen­so­riel bé­né­fique. »

Bre­ve­tées, les ga­lettes sont au­jourd’hui pro­duites par la start-up So­li­dages. Ven­dues en phar­ma­cie 3,95 € les seize, elles s’ar­rachent comme des pe­tits pains de­puis l’an­nonce de la prise en charge par l’as­su­rance ma­la­die pour les per­sonnes ayant une or­don­nance. Après le ca­cao, les équipes planchent sur de nou­velles sa­veurs, no­tam­ment la can­nelle, afin de l’exporter au ni­veaueu­ro­péen.

Le bis­cuit conçu sous la di­rec­tion du pro­fes­seur Isa­belle Prê­cheur (en mé­daillon) per­met à des per­sonnes âgées at­teintes de pa­tho­lo­gies de re­prendre du poids. Il aide aus­si à lut­trer contre la mal­nu­tri­tion dans le monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.