Mé­len­chon, nou­velle cible de Fillon

Le can­di­dat les Ré­pu­bli­cains était en mee­ting à Mar­seille hier.

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

d’ex­trême gauche. Le sprint fi­nal es­ti­né­dit.«Adix­jours­du­pre­mier tour, nous sommes dans le temps dé­ci­sif, le mo­ney time comme disent les joueurs de l’OM. Alors… droit au but ! » a en­cou­ra­gé le maire de Mar­seille, Jean-Claude Gaudin, à la tri­bune du parc Cha­not, ci­tant le cé­lèbre slo­gan du club de foot.

Pour Fran­çois Fillon, plus de temps à perdre, donc. « Croyez­moi, ça n’est pas avec le pro­gramme com­mu­niste de M. Mé­len­chon, et le re­tour au franc de Mme Le Pen, que l’éco­no­mie fran­çaise va re­dé­mar­rer », a-t-il at­ta­qué de­vant 4 000 sup­por­teurs, jus­qu’alors atones, mais qui se sont ré­veillés pour co­pieu­se­ment sif­fler ses deux ri­vaux. « Ces gens-là veulent nous faire croire quec’est­la­sar­di­ne­quia­bou­chéle port de Mar­seille. Ce­la n’est pas sé­rieux », a-t-il en­fon­cé, pa­ra­phra­sant pour l’oc­ca­sion cette vieille ex­pres­sion po­pu­laire.

De là à pen­ser qu’en cou­lisse on prend cette me­nace au sé­rieux ? « La dy­na­mique est clai- re­ment du cô­té de Mé­len­chon, fau­drait pas qu’il fi­nisse par nous dou­bler », s’in­quiète un cadre LR. « Même si, fran­che­ment, on n’y croit pas. Le pays est ma­jo­ri­tai­re­ment à droite. Fran­çois ne peut pas fi­nir qua­trième de ce scru­tin », se ras­sure ce der­nier.

« Le fait que Mé­len­chon soit si haut­dans­les­son­da­gesn’est­pas­si mau­vais pour nous, dé­crypte une stra­tège de l’équipe de cam­pagne. Pour nos mi­li­tants, voir un com­mu­nis­teaux­por­tes­du­pou­voir,ça ef­fraie et ça donne, du coup, en­core plus en­vie de se bou­ger pour faire ga­gner notre can­di­dat ».

Alors Fillon met Le Pen, Ma­cron, Mé­len­chon… tous dans le mê­me­pa­nier !«Ah,bien­sûr,c’est fa­cile de pro­mettre comme Mme Le Pen la re­traite à 60 ans ; c’est fa­cile de pro­mettre 175 mil­liards de dé­penses nou­velles comme M. Mé­len­chon ; c’est fa­cile de dire tout et son contraire comme M. Ma­cron », a-t-il ta­clé jus­qu’à qua­li­fier ses ad­ver­saires de « dé­ma­gogues ». Di­manche der­nier dé­jà, à Pa­ris, l’an­cien Pre­mier mi­nistre avait étrillé le can­di­dat de la France in­sou­mise, sur la­det­te­pu­blique:«M.Mé­len­chon se rêve en ca­pi­taine du cui­ras­sé mais il né­go­cie­ra la

!» fer­raille du

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.