La prof de lettres sourde en­fin en­ten­due

Dé­cla­rée in­apte en rai­son de son han­di­cap, Ja­nick Le­clair va fi­na­le­ment de nou­veau pou­voir en­sei­gner.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - JOFFREYVOVOS

contente. » Après sept mois de ba­taille, Ja­nick Le­clair a ob­te­nu gain de cause : la Tou­lou­saine de 38 ans va pou­voir prou­ver qu’elle est ca­pable d’en­sei­gner. Alors qu’elle avait pas­sé son Capes de lettres sans pro­blème en 2015, elle avait été dé­cla­rée in­apte à en­sei­gner peu avant la ren­trée par la mé­de­cine du tra­vail. En cause, son état de santé, ju­gé « dé­fi­ni­ti­ve­ment in­com­pa­tible avec les fonc­tions du pro­fes­so- rat » (

Ja­nick est de­ve­nue mal­en­ten­dante après une mé­nin­gite, contrac­tée à l’âge de 5 ans. Seule son élo­cu­tion, ca­rac­té­ris­tique des personnes at­teintes de troubles au­di­tifs, tra­hit son han­di­cap : la jeune femme, qui ne com­prend pas­dis­tinc­te­ment­la­voix­hu­maine, lit par­fai­te­ment sur les lèvres. Après ce re­fus de la mé­de­cine du tra­vail, un autre ex­pert agréé a me­né une contre-vi­site à sa de­mande, en oc­tobre, et a con- clu l’in­verse de son confrère. Le rec­to­rat a donc sol­li­ci­té un troi­sième avis, ce­lui du co­mi­té mé­di­cal dé­par­te­men­tal. Cet or­ga­nisme, qui dé­pend de la pré­fec­ture, a tran­ché en fa­veur de l’en­sei­gnante. La si­tua­tion était d’au­tant plus kaf­kaïenne que Ja­nick avait ob­te­nu en 2014 un Capes de do­cu­men­ta­liste et, qu’en plus de la ges­tion d’un centre de do­cu­men­ta­tion et d’in­for­ma­tion, elle don­nait quatre heures de cours par se­maine à des élèves en bac pro et en BTS d’un ly­cée agri­cole.

« A pré­sent, nous at­ten­dons les pré­co­ni­sa­tions pour l’amé­na­ge­ment de son poste. Dès que nous­le­sau­rons­mi­se­se­noeuvre, MmeLe­clair­pour­raen­sei­gner.Ça pour­rait être dès ce mois-ci ou le sui­vant », in­dique Fa­bienne Ta­jan, res­pon­sable de la di­rec­tion des per­son­nels en­sei­gnants au rec­to­rat de Tou­louse (Hau­teGa­ronne). Dans cette aca­dé­mie, 1 700 agents sur 44 000 ont le sta­tut de tra­vailleurs han­di­ca­pés. « Une cin­quan­taine, en ma­jo­ri­té des en­sei­gnants, bé­né­fi­cie d’une as­sis­tance », dé­taille Fa­bienne Ta­jan. En France, ils sont près d’un de­mi-mil­lier. « Tous les han­di­caps, y com­pris la sur­di­té,sont­con­cer­nés,mê­me­siles deux plus re­pré­sen­tés sont le han­di­cap vi­suel et le han­di­cap mo­teur », pré­cise-t-on au mi­nis­tère. En at­ten­dant de se voir confier une classe, Ja­nick Le­clair va pour­sui­vre­sons­ta­ged’ob­ser­va­tion dans le ly­cée où elle doit être af­fec­tée. Un com­pro­mis dé­ci­dé par le rec­to­rat après le re­cours qu’elle avait en­ga­gé. « Pen­dant cette pé­riode, elle conti­nue­ra d’être ré­mu­né­rée comme n’im­porte quel autre pro­fes­seur », pré­cise en­fin Fa­bienne Ta­jan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.