Ça tourne!

« Le Monde de Ja­my » s’in­té­resse ce soir à l’in­tel­li­gence des ani­maux. Avec qui il n’est pas tou­jours fa­cile de réa­li­ser des sé­quences.

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS - STÉ­PHA­NIE GUERRIN

n’ont ja­mais fi­ni de nous sur­prendre, et Ja­my Gour­maud est le pre­mier à s’en dé­lec­ter. Avec la jour­na­liste My­riam Bou­na­faa, le voi­là qui re­part sur les routes de France et d’Eu­rope à la dé­cou­verte de spé­cia­listes et d’es­pèces aux com­por­te­ments éton­nam­ment si­mi­laires aux nôtres, pour un nou­veau nu­mé­ro du ma­ga­zine « le Monde de Ja­my » dif­fu­sé ce soir à 20 h 55 sur France 3.

Dans les Alpes, le duo dé­couvre le fonc­tion­ne­ment d’un at­te­lage de chiens de traî­neau ; à Leip­zig en Al­le­magne, des grands singes font preuve d’une or­ga­ni­sa­tion politique ; en Au­triche, des ca­ca­toès par­viennent à for­cer des coffres-forts…

In­ti­tu­lé « Des ani­maux si proches de nous », cet épi­sode fait écho à ce­lui dif­fu­sé il y a un an, « Dans la tête de nos ani­maux pré­fé­rés », qui avait réalisé un score re­cord en réunis­sant 4 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs. « Nous n’avons pas la même dé­marche, cla­ri­fie Ja­my Gour­maud, joint en plein tour­nage d’un fu­tur nu­mé­ro. La der­nière fois, on ex­pli­quait le com­por­te­ment de l’ani­mal par rap­port à son his­toire, à son évo­lu­tion. Cette fois, on est par­ti du prin­cipe que beau­coup de gens voient de l’hu­main chez l’ani­mal. Mais il ne faut pas faire d’an­thro­po­mor­phisme. Quand on dit que tel ou tel ani­mal a l’in­tel­li­gence d’un en­fant de 2 ans, c’est vrai pour une tâche spé­ci­fique mais pas en gé­né­ral. »

Dans « le Monde de Ja­my », les su­jets abor­dés sont très va­riés, de la nu­tri­tion aux parcs d’at­trac­tions, de la vie de la fo­rêt à la météo. Pour au­tant, les tour­nages avec des ani­maux res­tent par­ti­cu­liers.

« Il faut res­pec­ter cer­taines règles, pré­vient Ja­my Gour­maud. Il m’est ar­ri­vé lors d’une pré­cé­dente émis­sion de fri­ser la cor­rec­tion­nelle avec les loups. Bê­te­ment, face à un mâle do­mi­nant, je me suis pen­ché et je l’ai re­gar­dé dans les yeux. Là, il m’a pin­cé le vi­sage. Ça n’a pas été mé­chant mais ça au­rait pu l’être. Main­te­nant, dès que je suis en pré­sence d’un ex­pert, je me sens en to­tale confiance et je res­pecte les consignes. » De nom­breuses sé­quences marquent les es­prits par­mi les ren­contres et ex­pé­riences aux­quelles se livrent Ja­my Gour­maud et My­riam Bou­na­faa.

« Ce qui m’a énor­mé­ment sur­pris, c’est le sens de l’in­jus­tice chez le chien. C’est com­plè­te­ment fou, s’ex­clame le jour­na­liste de 53 ans. On réa­lise une ex­pé­rience et l’ani­mal ex­prime son sen­ti­ment de ma­nière criante, il mo­di­fie son at­ti­tude au fil des mi­nutes. »

Des tests simples mais élo- quents, c’est la force de ce ma­ga­zine de­vant le­quel les pe­tits au­tant que les grands se sur­prennent à écar­quiller les yeux. « J’aime l’idée d’avoir un pu­blic fa­mi­lial, re­marque d’ailleurs l’ani­ma­teur aux lu­nettes rondes. Parce que ça crée des liens et des dis­cus­sions der­rière. »

Chez lui, Ja­my Gour­maud a un chat mais n’ex­clut pas d’autres com­pa­gnons plus ori­gi­naux. « Si j’étais à la cam­pagne, je pour­rais avoir un co­chon. J’ai un ami qui en a un et c’est vrai qu’il se com­porte comme un chien, donc pour­quoi pas. Mais un plu­tôt pe­tit comme ceux qu’on voit à la fin de l’émis­sion, pas une énorme truie ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.