C’est la pre­mière aven­ture col­lec­tive en réa­li­té vir­tuelle

Un casque sur la tête, une ma­nette dans chaque main et on est im­mer­gé dans des uni­vers pa­ral­lèles. On joue en équipe de 4. Ob­jec­tif : sau­ver le monde.

Le Parisien (Paris) - - LE JOURNAL DE PARIS -

in­croyable ex­pé­rience im­mer­sive, idéale en fa­mille (dès 12 ans). Ré­par­tis dans des box in­di­vi­duels, les par­ti­ci­pants se font ins­tal­ler un casque sur la tête. Dans la fou­lée, on at­trape une ma­nette pour chaque main. C’est par­ti. Grâce à des mi­cros, l’équipe peut conver­ser et in­ter­agir en per­ma­nence.

Le temps de ta­per un code sur sa montre spa­tio-tem­po­relle (simple comme bon­jour) et hop, on se re­trouve plon­gé dans une sombre bâ­tisse moyen­âgeuse. On tourne la tête de tous les cô­tés pour goû­ter l’am­biance, l’éclai­rage à la bou­gie, les vieilles pierres plus vraies que nature. Pour les be­soins du jeu, il faut dé­chif­frer un par­che­min, fouiller à droite à gauche, ti­rer à l’ar­ba­lète ! Les gestes viennent na­tu­rel­le­ment. Et si un joueur coince, il suf­fit de lui ex­pli­quer com­ment avan­cer. Car dans ce jeu, on gagne ou on perd en­semble. « La di­men­sion col­lec­tive est très im­por­tante », ac­quiescent les créa­teurs. Pas de pa­nique : si vous coin­cez, le jeu peut conti­nuer.

A in­ter­valles ré­gu­liers, les joueurs sont pro­je­tés dans un lieu et une époque dif­fé­rents — quatre au to­tal. Un pe­tit saut dans le pas­sé, un bond dans le fu­tur (on ne dé­voile pas les ta­bleaux pour gar­der l’ef­fet de sur­prise) : l’avan­cée du jeu de­vient un pré­texte à une fas­ci­nante pro­me­nade dans des uni­vers d’une ri­chesse visuelle in­ouïe. Lors d’une phase du jeu, les quatre se re­trouvent même à de­voir s’échan­ger des ob­jets de la main à la main… alors que des murs nous sé­parent dans la réa­li­té !

Fin de l’aven­ture. Ce jour-là, on n’au­ra pas réus­si à sau­ver le monde, charge à l’équipe sui­vante de le faire à notre place. Ver­dict una­nime : « Dé­pay­se­ment to­tal ». En lais­sant la porte co­chère der­rière nous, on se prend à ima­gi­ner les dé­cli­nai­sons à l’in­fi­ni que le concept (pré­vu pour être du­pli­qué dans Pa­ris, mais aus­si en pro­vince et en Bel­gique) peut gé­né­rer. « Une deuxième aven­ture est à l’étude », aver­tit Vincent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.