C’est comme jouer à la rou­lette russe

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR - PROPOS RE­CUEILLIS PAR C.M.

LE Dr PHI­LIPPE DERUELLE ne cache pas sa ré­serve face au boom des mé­thodes contra­cep­tives dites na­tu­relles, de plus en plus uti­li­sées. Près d’une femme sur dix uti­lise ces mé­thodes de contra­cep­tion dites na­tu­relles. Que ce­la vous ins­pire-t-il ?

PHI­LIPPE DERUELLE. C’est évi­dem­ment mieux que de ne rien faire et lais­ser la na­ture dé­ci­der, mais ces mé­thodes na­tu­relles, même avec le sup­port de tech­niques mo­dernes comme c’est le cas pour cette ap­pli­ca­tion Na­tu­ral Cycles, res­tent moins ef­fi­caces que les autres. Ce sont même les moins ef­fi­caces tout court. C’est comme jouer à la rou­lette russe ! Que pen­sez-vous de cette ap­pli­ca­tion ? Cha­cun son mé­tier. Ce n’est pas parce que celle qui l’a con­çue a eu un prix No­bel de phy­sique que ça lui donne le droit de dire n’im­porte quoi. Que re­dou­tez-vous ? J’ai très peur d’un re­tour de bâ­ton avec une aug­men­ta­tion des in­ter­rup­tions vo­lon­taires de gros­sesse. Elles sont stables jus­qu’à main­te­nant, au­tour de 200 000 par an pour 1 mil­lion de gros­sesses, mais nous avons tou­te­fois no­té une lé­gère hausse des IVG après le scandale des pi­lules de 3e et 4e gé­né­ra­tions (NDLR : 216 000 en

2013). Dé­jà… La crainte des hor­mones après ce scandale ex­plique-t-elle tout ? Des femmes ont pris peur, mais c’est aus­si dans l’air du temps avec ce cô­té un peu éco­lo. Ce re­gain pour les mé­thodes na­tu­relles est éga­le­ment lié au dis­cours que l’on a en­ten­du très long­temps, au sein de la po­pu­la­tion mais aus­si dans le monde mé­di­cal, comme quoi la contra­cep­tion était de­ve­nue très fa­cile, sans risques, presque mi­ra­cu­leuse. Or, il existe des ef­fets se­con­daires qu’il ne faut pas oc­cul­ter. On le paie au­jourd’hui. Que fau­drait-il faire ? Je re­grette que le monde mé­di­cal n’ait pas réus­si à faire le­ver ces craintes. C’est un tra­vail de fond qu’il faut pour­suivre car il y a là un vrai pro­blème. Quelle est la meilleure mé­thode de contra­cep­tion ? D’après les chiffres, en termes d’ef­fi­ca­ci­té, c’est le dis­po­si­tif in­tra-uté­rin

(NDLR : sté­ri­let). Mais en réa­li­té, la meilleure contra­cep­tion c’est celle qui est choi­sie avec sa pa­tiente, spé­cia­le­ment pour elle, après une consul­ta­tion.

Le Dr Phi­lippe Deruelle, se­cré­taire gé­né­ral du Collège na­tio­nal des gy­né­co­logues et obs­té­tri­ciens fran­çais. np­di­rectlp_ftp

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.