Le­mys­tè­re­des­la­cets­dé­faits­dé­voi­lé

Une étude — sé­rieuse — vient d’être me­née pour sa­voir pour­quoi les la­cets se dé­font quand on marche…

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - JÉ­RÔME SAGE

sont dé­faits, tu vas te cas­ser la fi­gure ! » La re­marque, sou­vent pa­ren­tale, en plus d’être aga­çante, semble en plus vouée à l’éter­ni­té, tant cette tech­nique de fer­me­ture est uti­li­sée. Mais pour­quoi diable nos la­cets se dé­font-ils lors­qu’on marche ? Sa­vante ques­tion s’il en est puis­qu’elle a in­té­res­sé trois cher­cheurs amé­ri­cains. Et ils viennent de li­vrer leur conclu­sion. Ces trois spé­cia­listes en in­gé­nie­rie mé­ca­nique de l’uni­ver­si­té de Ber­ke­ley, en Ca­li­for­nie, d’abord, le confirment : « Les noeuds de la­cets se dé­nouent en quelques se­condes, sou­vent sans signe an­non­cia­teur. » Eh oui, il n’y a pas be­soin de ti­rer des­sus pour y être con­fron­té !

Ils ont tou­te­fois cher­ché en­suite et avec mé­thode pour dé­ter­mi­ner les forces obs­cures à l’oeuvre, pla­çant un cou­reur sur un ta­pis de course, fil­mé avec une ca­mé­ra per­met­tant des ra­len­tis, les la­cets noués se­lon la mé­thode or­di­naire du noeud plat, plus connue sous le nom de « la­pin qui fait le tour de l’arbre pour ren­trer dans son ter­rier ». Et ils ont ob­ser­vé que le choc du pied sur le sol, équi­valent à 7 fois la gra­vi­té ter­restre, et l’ef­fet « fouet » des boucles lorsque le pied est en l’air étaient res­pon­sables du dé­la­çage. Et voi­là, c’est juste une « af­faire » de phy­sique !

« Si j’ou­blie de faire un double noeud, ob­serve Yves, mar­cheur in­vé­té­ré, que ce soit avec des bas­kets ou des chaus­sures de ville, au bout de 300 m, ça se dé­fait sys­té­ma­ti­que­ment. Ça montre qu’il y a bien un pro­blème ! » Un pro­blème par­fois grave, lorsque le la­cet se coince dans la chaîne du vé­lo, qu’il fait tré­bu­cher, ou qu’il fi­nit mâ­ché par l’es­ca­lier mé­ca­nique… Alors à cha­cun sa pa­rade. Le double noeud, ou la va­riante moins mas­sive du noeud de cor­don­nier (la se­conde boucle pas­sée une se­conde fois dans le noeud cen­tral avant de ser­rer) pour les chaus­sures de ville. Les spor­tifs ren­forcent en­core la so­li­di­té de leur har­na­che­ment avec des ruses de ma­rins. Les tri­cheurs — ou les en­fants — op­te­ront pour les fer­moirs à vel­cro, les la­cets en ser­pen­tin élas­tique, les sys­tèmes ai­man­tés, ou en­core une pince ca­pable de blo­quer le noeud.

Pour les pu­ristes, un site existe, mal­heu­reu­se­ment uni­que­ment en an­glais, du « pro­fes­seur la­cet », un pro­gram­meur aus­tra­lien du nom de Ian Fieg­gen Il y ré­per­to­rie des di­zaines de tech­niques. On y dé­couvre que Da­niel Craig, alias James Bond, Jus­tin Bie­ber ou Ney­mar, sur cer­taines pho­tos, nouent mal leurs chaus­sures. Le signe : les boucles ne sont pas per­pen­di­cu­laires à la chaus­sure, mais de biais, for­mant non pas un noeud plat, mais un noeud de vache.

Mais quel est ce­lui qui nous ga­ran­tit que nos la­cets res­te­ront bien en place ? Au­cun, vi­si­ble­ment. Si le pre­mier est plus ré­sis­tant que le se­cond, il se­ra lui aus­si dé­fait im­man­qua­ble­ment par les forces mé­ca­niques ob­ser­vées par les scien­ti­fiques amé­ri­cains. Ce n’est qu’une ques­tion de temps… Une cre­vette mu­nie d’une pince qui claque pour étour­dir ses proies dans un bruit as­sour­dis­sant a été bap­ti­sée Pink Floyd par un cher­cheur d’Ox­ford en hom­mage au groupe de rock.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.