H

Le Parisien (Paris) - - LA UNE -

ôtels pa­ri­siens, res­tau­rants, mu­sées et com­pa­gnies aé­riennes re­trouvent les tou­ristes… et le sou­rire. « De­puis dé­cembre 2016 et jan­vier der­nier, nous as­sis­tons à une in­ver­sion très nette de la si­tua­tion de crise que nous avions connue dans le sec­teur tou­ris­tique à Pa­ris et en pe­tite cou­ronne. Nous sommes même re­ve­nus au ni­veau de dé­cembre 2014, c’est-à-dire avant la sé­rie des at­ten­tats qui a tou­ché la France en jan­vier 2015 et juillet 2016 », constate Ni­co­las Le­febvre, di­rec­teur de l’of­fice du tou­risme de Pa­ris.

Fré­dé­ric Val­le­toux, pré­sident du co­mi­té ré­gio­nal du tou­risme (CRT) Pa­ris Ile-de-France, ne cache pas non plus sa joie : « En jan­vier 2017, les ar­ri­vées hô­te­lières dans le Grand Pa­ris ont été en hausse de 28,7 % pour les étran­gers. Ce­la consti­tue un re­cord pour un mois de jan­vier de­puis ces dix der­nières an­nées. »

Cer­tains mar­chés af­fichent en ef­fet une pro­gres­sion éton­nante par rap­port à dé­cembre 2014, comme les Etats-Unis (+ 31 %) ou le MoyenO­rient (+ 17 %). La Chine fait même un bond spec­ta­cu­laire de + 40 % ces der­niers mois. Les ré­ser­va­tions aé­riennes pour Pa­ris à la fin fé­vrier viennent confor­ter ce constat de re­prise : pour le pre­mier tri­mestre de l’an­née, elles sont glo­ba­le­ment en hausse de 11,1 %. Cer­tains mar­chés af­fichent même + 77 % pour le Ja­pon, + 69,4 % pour la Rus­sie, deux na­tio­na­li­tés qui se mon­traient jusque-là plu­tôt fri­leuses. « Le temps a fait son oeuvre. Le tra­vail de l’Etat, de la ré­gion et de la ville a payé. Pa­ris reste une des­ti­na­tion tou­jours aus­si at­trac­tive », sou­ligne Ni­co­las Le­febvre. Et pour les mois à venir ? Se­lon le CRT Pa­ris Ile-de-France, la moi­tié des pro­fes­sion­nels juge « bonne » l’ac­ti­vi­té tou­ris­tique du mois de mars. « Le week-end de Pâques est le ba­ro­mètre de l’an­née. S’il y a du monde, et c’est bien par­ti, ce se­ra bon pour toute l’an­née », note, en pro­fes­sion­nelle, Char­lotte Bruel, pa­tronne de la com­pa­gnie des Ba­teaux-Mouches. Pierre Scha­pi­ra, en charge du tou­risme et pré­sident de l’of­fice du tou­risme et des congrès de Pa­ris, se veut ce­pen­dant c’est re­ve­nu comme il y a deux ans », se ré­jouit Char­lotte Bruel, di­rec­trice de la com­pa­gnie des Ba­teaux-Mouches, dont les onze na­vires pro­me­nades et les quatre ba­teaux res­tau­rants ac­costent sous la place de l’Al­ma de­puis 1949. Char­lotte Bruel, 51 ans, comme l’en­semble du monde tou­ris­tique en­core prudent. « Cette re­prise reste à confir­mer dans les pro­chaines se­maines avec l’en­trée dans la haute sai­son. » pa­ri­sien, semble sor­tir la tête de l’eau après cette an­née noire. « En 2016, nous avons per­du 40 % de notre chiffre d’af­faires », as­sure-t-elle. Alors que lors des bonnes an­nées, ce sont plus de 2,5 mil­lions de tou­ristes qui dé­cident de faire leur tour sur la Seine sur l’un de ses ba­teaux géants, 2016 a vu fondre un bon mil­lion de pas­sa­gers. « Nous avons dû frei­ner nos in­ves­tis­se­ments pour gar­der nos 600 em­ployés (en haute sai­son) », af­firme-t-elle. Mais au­jourd’hui, les étran­gers du monde en­tier af­fluent sur son quai qui pro­pose un sta­tion­ne­ment gra­tuit et sé­cu­ri­sé. « C’est que du bon­heur », s’amuse Char­lotte Bruel. Co­réens, Chi­nois, Amé­ri­cains sont bien là sur la pas­se­relle qui per­met de gé­rer les 30 dé­parts quo­ti­diens de 10 h 30 à 22 h 30, soit 20 000 pas­sa­gers par jour. « Même les tou­ristes ja­po­nais sont là. Ils sont comme les hi­ron­delles du prin­temps. Quand ils sont là, c’est bon signe. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.