Contrôles aléa­toires et fouilles ren­for­cées

De­puis l’at­ten­tat de Saint-Pé­ters­bourg, le pré­fet de po­lice de Pa­ris oc­troie aux forces de l’ordre, au jour le jour, ces pou­voirs sup­plé­men­taires dans les tran­sports.

Le Parisien (Paris) - - TRANSPORTS - GRÉ­GO­RY PLESSE

our la hui­tième fois en dix jours, le pré­fet de po­lice de Pa­ris a si­gné hier soir un ar­rê­té « au­to­ri­sant les of­fi­ciers de po­lice ju­di­ciaire à pro­cé­der à des contrôles d’iden­ti­té, à l’ins­pec­tion vi­suelle et à la fouille des ba­gages ain­si qu’à la visite des vé­hi­cules dans les tran­sports en com­mun » pour la jour­née d’au­jourd’hui, de 7 heures à 22 heures.

C’est en ver­tu de ce texte, pro­mul­gué après l’at­ten­tat dans le mé­tro de Saint-Pé­ters­bourg (Rus­sie) que pa­trouille le ca­pi­taine Tho­mas, de la bri­gade des tran­sports, à la gare Saint-La­zare, avec une ving­taine de po­li­ciers et de gen­darmes en te­nue. « Notre mis­sion, c’est aus­si de ras­su­rer la po­pu­la­tion, et pas de nous la mettre à dos, ex­plique-t-il à ses hommes. Je vous de­mande donc lors de vos contrôles de tou­jours com­men­cer par rap­pe­ler que vous agis­sez dans le cadre de l’état d’ur­gence », in­siste le ca­pi­taine aux 39 an­nées dans la po­lice.

P

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.