BE­NOÎT HA­MON

LePS­dé­jà dansl’après

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR - AVA DJAMSHIDI @AvaD­jam­shi­di

LES COU­TEAUX s’ai­guisent dans le dos de Be­noît Ha­mon. Comme si le ver­dict des urnes n’im­por­tait même plus. Comme si la dé­faite du can­di­dat so­cia­liste était dé­jà ac­tée. « Pour la pré­si­den­tielle, c’est cuit », nous confiait, sans bar­gui­gner, un ministre, il y a deux jours. Même les éco­lo­gistes (qui n’ont ja­mais fait mieux que les 5,25 % de Noël Ma­mère en 2002) raillent la cam­pagne de Be­noît Ha­mon, en chute libre dans les son­dages. « Grâce à lui, on va peut-être battre notre re­cord », grince un té­nor Vert, acide. CAN­DI­DAT AUX LÉ­GIS­LA­TIVES Les so­cia­listes se pro­jettent dé­jà dans l’après. Comme lorsque le pa­tron des dé­pu­tés PS, Oli­vier Faure, en­vi­sage pu­bli­que­ment que Ber­nard Ca­ze­neuve conduise la cam­pagne des lé­gis­la­tives. Ou lorsque les hol­lan­dais pré­parent un « texte d’af­fir­ma­tion de leur l’iden­ti­té so­ciale-dé­mo­crate », « pour évi­ter que le PS ex­plose », écra­sé entre Mé­len­chon et Ma­cron. Un membre du gou­ver­ne­ment le dit sans dé­tour : « J’es­père que si c’est la ca­tas­trophe an­non­cée, il au­ra la pu­deur de s’ef­fa­cer, pour ne pas plom­ber les lé­gis­la­tives. » Quant à l’ave­nir du can­di­dat, il se des­sine en poin­tillé. Il a été in­ves­ti dans la cir­cons­crip­tion des Yve­lines où il a été élu en 2012. Pour­rait-il bri­guer les rênes du PS ? « Tout va dé­pendre de son score au premier tour », lâche un fin connais­seur des ar­canes du par­ti.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.