Un pou­lailler dans le jar­din, ça vous tente ?

De­si­gn ou fait mai­son ? Pe­tit ou vaste ? Le pou­lailler peut avoir du style, mais doit ré­pondre à quelques règles élé­men­taires pour que vos vo­lailles s’y sentent bien. Sui­vez nos conseils.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - FRANCK SCHMITT

e lan­cer dans un pe­tit éle­vage de poules fa­mi­lial qui va dis­traire les en­fants et li­mi­ter le poids des dé­chets, c’est très ten­tant pour ceux qui ont la fibre ani­male. Mais qui dit poules dit pou­lailler. Même pe­tit, ce­lui-ci doit ré­pondre à cer­taines exi­gences de taille et de confort pour que les gal­li­na­cés se sentent comme des co­qs en pâte. Pour com­men­cer, il faut évi­dem­ment ca­li­brer l’ha­bi­tat. Une grande niche sur pi­lo­tis pour­ra ac­cueillir 3 poules de grande race ou 5 de pe­tite taille, mais pas plus. Si vous sou­hai­tez avoir plus de 5 poules pon­deuses, il vous fau­dra pré­voir de construire une pe­tite ca­bane ou bien des­ti­ner à votre éle­vage une pe­tite dé­pen­dance en dur.

FA­BRI­QUER SOI-MÊME

Faire soi-même son pou­lailler n’est pas si com­pli­qué. Il faut sa­voir ma­nier la scie sau­teuse et la vis­seuse et être à l’aise avec un mar­teau. On ne pré­voit ja­mais as­sez grand. Si vous avez un coq par­mi vos vo­lailles, la fa­mille peut vite s’agran­dir… Notre conseil se­ra donc de pré­voir un peu plus large. Cô­té en­clos, comp­tez pas moins de 3 m2 par poule ; 5 m2, c’est en­core mieux pour le gar­der tou­jours en herbe.

Dans le pou­lailler, il faut im­pé­ra­ti­ve­ment une par­tie per­choir, où les poules vont s’ins­tal­ler pour dor­mir. A fixer au-des­sus d’une par­tie paillée pour pou­voir net­toyer fa­ci­le­ment. Et des pon­doirs. Ins­tal­lez-en deux dans de vieilles caisses de vin en bois par exemple. Et si vous crai­gnez les pré­da­teurs, pré­voyez une trappe pour fer­mer votre pou­lailler la nuit.

Outre un pou­lailler clas­sique, vous pou­vez vous amu­ser à construire ou amé­na­ger des construc­tions plus aty­piques qui ser­vi­ront aus­si de dé­cor à votre jar­din. Le plus éco­no­mique est de les fa­bri­quer à par­tir d’élé­ments de ré­cu­pé­ra­tion. Vieille pa­lette en bois, an­cien ton- neau vi­ti­cole, grande caisse à pommes ou toute autre ar­moire en fin de vie. Con­so­li­dez, re­haus­sez, pei­gnez et le tour est joué.

HY­GIÈNE IR­RÉ­PRO­CHABLE

Le pou­lailler doit tou­jours être paillé et la paille chan­gée toutes les se­maines. Pré­voyez de faire un grand net­toyage au moins quatre fois par an et de dés­in­fec­ter le sol, les pon­doirs et le per­choir à l’eau de Ja­vel ou avec des dés­in­fec­tants agri­coles. Sa­chez que les poules sont idéales pour en­glou­tir les restes de table : lé­gumes, fé­cu­lents, éplu­chures fe­ront leur ré­gal. Vous pou­vez mé­lan­ger un peu de sable avec les restes de table, car ce­lui-ci va ren­for­cer la so­li­di­té des co­quilles de leurs oeufs. Une poule peut pi­co­rer jus­qu’à 150 kg de dé­chets par an. Idéal pour li­mi­ter les dé­chets de ma­nière éco­lo­gique.

Une grande niche sur pi­lo­tis pour­ra ac­cueillir 3 poules de grande race ou 5 de pe­tite taille, mais pas plus.

Les poules en­glou­tissent les restes de table : lé­gumes, fé­cu­lents, éplu­chures. Vous pou­vez mé­lan­ger un peu de sable avec les restes, car ce­lui-ci va ren­for­cer la so­li­di­té des co­quilles de leurs oeufs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.