Une ré­forme qui crée un ré­gime pré­si­den­tiel

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

les Turcs di­ront s’ils ac­ceptent, ou non, de confier au pré­sident Er­do­gan, dont l’au­to­ri­ta­risme est dé­jà très contes­té, des pou­voirs en­core plus larges. La ré­forme doit per­mettre de pas­ser d’un ré­gime par­le­men­taire à un ré­gime pré­si­den­tiel. Le chef de l’Etat concen­tre­ra tous les pou­voirs de l’exé­cu­tif. Il gou­ver­ne­ra par dé­crets, en res­tant à la tête du Par­ti de la jus­tice et du dé­ve­loppe- ment (l’AKP, is­la­mo-conser­va­teur) et pos­sé­de­ra un large pou­voir de no­mi­na­tion de juges et des fonc­tion­naires.

De­puis la ten­ta­tive de coup d’Etat en juillet, l’état d’ur­gence a été pro­non­cé,les­pou­voirsd’Er­do­gan­ren­for­cés et des mil­liers de fonc­tion­naires ont été li­mo­gés, par­fois em­pri­son­nés. « C’est un ré­gime dé­jà lar­ge­ment non dé­mo­cra­tique. L’en­jeu, c’est sa conso­li­da­tion », es­time Cen­giz Ak­tar, po­li- to­logue à Is­tan­bul. « Le nou­veau sys­tème ren­dra le pré­sident da­van­tage res­pon­sable, le Par­le­ment au­ra plus de pou­voir », dé­fend Rav­za Ka­vak­ci, dé­pu­tée (AKP) d’Is­tan­bul. Une pro­cé­dure de des­ti­tu­tion pour­rait être ini­tiée par le Par­le­ment, si les deux tiers des dé­pu­tés la va­lident.

A 63 ans, Er­do­gan sou­haite ins­tal­ler un pou­voir fort, se­lon lui gage de sta­bi­li­té pour un pays ébran­lé par la ten­ta­tive de coup d’Etat et les at­ten­tats de Daech ou du Par­ti des tra­vailleurs du Kur­dis­tan (PKK). Au pou­voir de­puis 2003, maire d’Is­tan­bul puis Pre­mier mi­nistre et en­fin pré­sident de­puis 2014, l’homme se rêve en nou­velA­tatürk,le«pè­re­de­la­na­tion» qui ins­tau­ra la Ré­pu­blique en 1923.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.