Sans elle, les ti­railleurs sé­né­ga­lais n’au­raient­pa­sé­té­na­tu­ra­li­sés

Lors d’une cé­ré­mo­nie in­édite hier à l’Ely­sée, 28 an­ciens com­bat­tants ont ob­te­nu la na­tio­na­li­té fran­çaise. Le ré­sul­tat du com­bat d’Aïs­sa­ta Seck, élue et pe­tite-fille d’un ti­railleur sé­né­ga­lais.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - HÉLÈNEHAUS

dans la salle des fêtes de l’Ely­sée avec le pré­sident de la Ré­pu­blique, vê­tue d’une jo­lie robe noir et blanc et de chaus­sures rouge vif. Si, hier ma­tin, Fran­çois Hol­lande a ren­du hom­mage à 28 ti­railleurs sé­né­ga­lais en les na­tu­ra­li­sant fran­çais lors d’une cé­ré­mo­nie in­édite, la star du jour, c’était elle. Aïs­sa­ta Seck, élue socialiste à la mai­rie de Bon­dy (Sei­ne­Saint-De­nis), sans qui ces an­ciens sol­dats nés entre 1927 et 1939 dans d’an­ciennes co­lo­nies fran­çaises n’au­raient ja­mais ob­te­nu de carte d’iden­ti­té tri­co­lore au cré­pus­cule de leur vie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.