« Si on m’avait écou­té... »

Le père de Na­dège n’a ja­mais cru au sui­cide de sa fille.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ -

ma­ri mais n’évoque pas son in­ten­tion de se sui­ci­der, ni ne parle de sa fille qu’elle ado­rait plus que tout. Elle ra­conte sa soi­rée. C’est son écri­ture, mais toute trem­blée. Pour moi, on lui a fait écrire. Il y a aus­si le com­por­te­ment étrange de Ré­my Chesne. Il n’a pas dé­cro­ché le corps de son épouse mais a pré­fé­ré al­ler pré­ve­nir un voi­sin, un po­li­cier à la re­traite, comme s’il vou­lait que ce­lui-ci soit té­moin de la pen­dai­son. Il ne nous a pas pré­ve­nus du sui­cide de notre fille. On l’a ap­pris six se­maines plus tard par In­ter­net. Je lui ai adres­sé deux lettres recommandées, qu’il n’a pas ou­vertes. S’il nous avait aver­tis, je ne l’au­rais ja­mais lais­sé in­ci­né­rer ma fille cinq jours après sa mort. Dans son tes­tament — étran­ge­ment, elle en ré­di­geait un à cha­cun de ses an­ni­ver­saires —, ma fille in­dique qu’elle ne veut pas que l’on nous p rév i e n n e . Pou r t a n t , e l l e m’avait té­lé­pho­né dix jours plus tôt et adres­sé une gen­tille carte pour la Fête des pères.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.