Quel jar­din ex­tra­or­di­naire!

Le Grand Pa­lais ra­conte l’his­toire du jar­din en Eu­rope à tra­vers des pein­tures, pho­tos, her­biers, ob­jets… Un jo­li bol d’air.

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

ou­blié au­jourd’hui, grand peintre de fleurs de la fin du XIXe siècle. Il y a une ex­ci­ta­tion à bu­ti­ner et pa­pillon­ner d’une salle à l’autre en dé­cou­vrant des noms nou­veaux, es­pèces rares de peintres un peu je­tés aux or­ties, comme Edouard De­bat-Pon­san, dont « le Jar­din du peintre à Pa­ris » (1886), prê­té par le mu­sée des Beaux-Arts de Tours, fait par­tie de ces bou­tons d’or de l’art.

Laurent Le Bon nous parle mê­med’un«Léo­nard­deVin­cird­deVin­ci suisse », un cer­tainn Gess­ner. On s’y y perd, mais maai­sis on s’y re­trouve. e. On res­pire re­spiire aus­si à plei­nin nez les cou­leurs des clas­siques, Wat­teau, Fra­go­nard d— — ave c u n d dee ses chef­sef­sd’oeuvre, e, « la Fête à Saint-Clou­doud », gé­né­ra­lee­ment­gé­né­ra­le­ment in­vi­si­blee car il ap­part­tient ap­par­tient à la au Grand Pa­lais (Pa­ris VIIIe), 10 heures-20 heures (di­manche, lun­di, jeu­di) ou 22 heures (mer­cre­di, ven­dre­di et sa­me­di), fer­mé le mar­di. Jus­qu’au 24 juillet, 9- 9-13 €, Banque de France —, Mo­net, Caille­botte, Cé­zanne, Klimt, Pi­cas­so, Ma­tisse.

Une ex­po­si­tion à la fois en­cy­clo­pé­dique et poé­tique, de la Re­nais­sance à nos jours, taillant des haies d’un siècle à l’autre, d’un bou­quet de vio­lettes peint par Dü­rer en 1490, l’une des pre­mières re­pré­sen­ta­tions de fleurs, à l’époque de la nais­sance de la bo­ta­nique, jus­qu’à l’art le plus ré­cent, comme une pièce On re­dou­tait les mau­vaises herbes, la mau­vaise idée. Mais cette ex­po­si­tion, c’est un bou­quet et une po­chette-sur­prise. Des fleurs en por­ce­laine, en­verre.Ceen verre. Ce que vous pre­nez par­fois­pou­rar­fois­pour une photo est une pein­ture, et ré­ci­pro­queue­ment. L’ex­po­si­tion joue oue sur le trompe-l’oeil,, la ma­gie des sa­voir-faire,ire, l’illu­sion, l’his­toire. Le plus vieil ar­ro­soir pré­ré­sen­té date du Moyen yen Age. On découvre aus­sius­si les sé­ca­teurs et ci­saille­sailles de Guillaume Pel­le­rin,n, dis­pa­ru en 2015, qui avait ait ras­sem­blé la plus gran­dede col­lec­tion exis­tante d’ou­tilss de jar­dins an­ciens. On a aus­si été­té bluf­fé par ces feuilles vertes écla­tantes, par­faites, que l’on a cru pho­to­gra­phiées en gros plan, en réa­li­té des pa­piers dé­cou­pés.

Un conseil tou­te­fois : pro­me­nez-vous dans le désordre, en tous sens, re­ve­nez sur vos pas. Comme dans un vrai jar­din, le dé­clic ou l’en­chan­te­ment ne naît pas for­cé­ment où l’on s’y at­tend. Cer­taines salles un peu ca­chées, comme un bos­quet, abritent d’im­menses pho­tos contem­po­raines qui vousv plongent dans le vert, com­me­comm une ex­pé­rience sen­so­rielle sen­so­rielle. Ceux qui ont l’es­prit scien­ti­fique s’ar­rê­te­ront sur cer­tains gri­moi­res­gr an­ciens. D’autres D’au­tres­pré­fé­re­ront­ces­fa­ceà-face pic­tu­raux presque bru­tau bru­taux,, mais très har­mo­nieuxx,nieux, d’un siècle à l’autre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.