A

Le Parisien (Paris) - - VOTRE DIMANCHE -

n 2819. Après plus de six cents ans de voyage in­ter­stel­laire, les pas­sa­gers de l’Hy­pé­rion partent en quête d’un pied-à-terre dans la ga­laxie d’An­dro­mède. Par­mi eux, il y a Ry­der. Il s’agit d’un pion­nier, une sorte d’éclai­reur char­gé de mon­trer la voie et d’ex­plo­rer les dif­fé­rentes pla­nètes où ses com­pa­gnons d’in­for­tune pour­raient s’ins­tal­ler. C’est éga­le­ment le hé­ros in­car­né par le joueur dans Mass Effect : Andromeda.

Cinq ans après la sor­tie du troi­sième vo­let, qui s’est ven­du à près de 6 mil­lions d’exem­plaires dans le monde, l’at­tente a donc pris fin pour les fans. Conçue par le stu­dio Bio­Ware, la sa­ga, qui a sé­duit 15 mil­lions de joueurs, pointe en­fin le bout de son nez sur la der­nière gé­né­ra­tion de consoles. Que les pu­ristes se ras­surent, le coeur du jeu, ma­riant ac­tion et jeu de rôle, n’a pas chan­gé. Et, mal­gré quelques dé­fauts l’em­pê­chant d’at­teindre l’ex­cel­lence de la tri­lo­gie ori­gi­nale, Mass Effect : Andromeda se montre digne de ses aî­nés. si des com­pé­tences que vous choi­sis­sez d’amé­lio­rer chez Ry­der, se­lon que vous pri­vi­lé­giez le ma­nie­ment des armes ou le dé­ve­lop­pe­ment de vos pou­voirs.

Bio­Ware est ra­re­ment avare en termes de conte­nus. C’est en­core le cas cette fois-ci. Ta­blez sur plu­sieurs di­zaines d’heures pour faire le tour com­plet d’An­dro­mède, sans comp­ter le mode mul­ti­joueur. Comme tout bon jeu de rôle qui se res­pecte, les mis­sions an­nexes oc­cupent une bonne par­tie de votre temps. On re­gret­te­ra néan­moins que cer­taines d’entre elles se ré­sument à faire le simple gar­çon de courses. Mass Effect : Andromeda im­pres­sionne par l’éten­due de son ter­rain de jeu. Chaque pla­nète, avec sa faune et sa flore, a été conçue avec un grand sou­ci du dé­tail. Que ce soit par exemple sur Voeld, monde au cli­mat polaire évo­quant la pla­nète Hoth dans « Star Wars », ou sur Eos, qui rap­pelle les wes­terns de John Ford, on se sur­prend par­fois à s’ar­rê­ter quelques se­condes, juste pour ad­mi­rer la vue.

Si le pa­quet a été mis sur les dé­cors, la fi­ni­tion laisse par contre à dé­si­rer pour les per­son­nages. Outre le dou­blage par­fois à cô­té de la plaque, ce sont les vi­sages et leur ani­ma­tion, da­tés par rap­port aux autres grosses pro­duc­tions du mo­ment, qui consti­tuent un point noir. Bio­Ware a ten­té de rec­ti­fier le tir avec une mise à jour. Il y a du mieux, mais le compte n’y est tou­jours pas. Pour ex­plo­rer la ga­laxie, une carte n’est pas de trop. Mass Effect : Andromeda met à dis­po­si­tion des joueurs une bous­sole en haut de l’écran, mais elle est ra­re­ment suf­fi­sante pour trou­ver son che­min. Seule so­lu­tion : af­fi­cher et ran­ger ma­nuel­le­ment la carte. Une ver­sion mi­nia­ture dans un coin de l’écran au­rait été la bien­ve­nue pour évi­ter ce va-et-vient las­sant. Plus lar­ge­ment, c’est la navigation la­bo­rieuse dans les me­nus qui a par­fois de quoi exas­pé­rer. Mass Effect : Andromeda,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.