«Il­faut­sou­te­nir­les­com­bat­tants de­la­li­ber­té­turcs»

Phi­lo­sophe, es­time que la so­cié­té ci­vile turque n’a pas dit son der­nier mot après le ré­fé­ren­dum (contes­té) qui, à une courte vic­toire, ren­force les pou­voirs du pré­sident Er­do­gan.

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

par­ti­cu­liè­re­ment per­verse de l’is­la­misme ra­di­cal. Pour tous les mo­dé­rés du monde mu­sul­man, pour tous ceux qui, y com­pris en France, se battent pour la re­con­nais­sance des droits de l’is­lam laïc, c’est une très mau­vaise nou­velle. que nous re­ti­rons à Er­do­gan, c’est sur ses op­po­sants que nous de­vons le re­por­ter. Voi­là un pays où les par­le­men­taires libres sont en pri­son ; où les avo­cats sont em­pê­chés de plai­der ; où les pro­fes­seurs d’uni­ver­si­té sont contraints à l’exil ; où les jour­na­listes, les vrais, risquent leur li­ber­té et par­fois leur vie parce qu’ils re­fusent les « fake news »

dif­fu­sées par le ré­gime. Ce sont au­tant de fronts sur les­quels nous de­vrions nous por­ter. Ces com­bat­tants de la li­ber­té turcs, nous de­vrions or­ga­ni­ser au­tour d’eux une chaîne de sou­tien dans le genre de ce que nous fai­sions dans les an­nées 1970 et 1980 avec les dis­si­dents d’Eu­rope cen­trale et orien­tale. Quel est le can­di­dat à la pré­si­den­tielle qui se­rait d’ac­cord avec ça ? On n’en sait rien. Car cette ques­tion, pas plus que les autres ques­tions de po­li­tique dite étran­gère, ne leur a évi­dem­ment pas été po­sée au cours de cette cam­pagne la­men­table.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.