Les han­di­ca­pés en manque d’écoute

Seuls trois can­di­dats à la pré­si­den­tielle ont ré­agi à l’ap­pel du col­lec­tif lan­cé par l’aven­tu­rier Phi­lippe Croi­zon.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - CHRISTINE MATEUS

peut-on à ce point igno­rer douze mil­lions d’élec­teurs ? » s’était in­di­gné, le 14mars­dans­nos­pages,l’aven­tu­rier qua­dri-am­pu­té Phi­lippe Croi­zon, à l’ori­gine d’un col­lec­tif de seize per­son­na­li­tés qui ont in­ter­pel­lé les can­di­dats à la pré­si­den­tielle sur le han­di­cap. Par­mi les si­gna­taires : le sla­meur Grand Corps Ma­lade, dont le film, «Pa­tients », ins­pi­ré de l’ac­ci­dent qui a failli le pa­ra­ly­ser, car­tonne au ci­né­ma,ou en­core le réa­li­sa­teur et pro­duc­teur Do­mi­nique Far­ru­gia, at­teint d’une sclé­rose en plaques, deuxième cause de han­di­cap chez les per­sonnes de moins de 35 ans. Seuls deux can­di­dats ont ré­pon­du di­rec­te­ment au col­lec­tif : Em­ma­nuel Ma­cron et Fran­çois Fillon. Un troi­sième, Be­noît Ha­mon, l’a fait par voie de presse. Le pre­mier a pré­sen­té ses orien­ta­tions qui « ont pour am­bi­tion de construire une so­cié­té plus ac­ces­sible, une so­cié­té du tra­vail pour tous et une so­cié­té plus fra­ter­nelle ».

Le can­di­dat de la droite et du centre évoque, lui, dans son cour­rier du 12 avril, « 13 pro­po­si­tions concrètes, au­tour de quatre axes : être aux cô­tés des fa­milles et des per­sonnes, for­mer et in­sé­rer du­ra­ble­ment dans l’em­ploi, rendre la ci­té ac­ces­sible et se battre pour de grandes causes ».

En­fin, Be­noît Ha­mon in­siste sur la « loi de 2005 [qui] a ins­crit le de­voir d’in­clu­sion ». « Nous de­vons dé­fendre les prin­cipes ré­pu­bli­cains : li­ber­té, éga­li­té, fra­ter­ni­té… ac­ces­si­bi­li­té et au­to­no­mie. » « Mon sen­ti­ment est mi­ti­gé, souffle Phi­lippe Croi­zon. Les can­di­dats ont par­lé du han­di­cap mais il n’y a pas eu de vé­ri­table dé­bat pu­blic. On ver­ra si, lors de leur der­nière in­ter­ven­tion té­lé, les can­di­dats l’abor­de­ront. Quant à leurs ré­ponses, il y a beau­coup de bonnes in­ten­tions, mais quid du ca­len­drier ? Comment ? Avec quels fi­nan­ce­ments ? Puis, nous n’avons pas eu de ré­ponse à cette ques­tion qui est es­sen­tielle : les han­di­ca­pés au­ront-ils un vé­ri­table mi­nis­tère ? »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.