Six doua­niers en garde à vue

L’en­quête porte, entre autres, sur la sai­sie en 2015 de 43 t de ca­fé contre­fait.

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

dont six doua­niers ont été pla­cées en garde à vue hier dans l’en­quête ju­di­ciaire por­tant no­tam­ment sur les condi­tions d’im­por­ta­tion de 43 t de ca­fé contre­fait sai­sies en ré­gion pa­ri­sienne, en juillet 2015. Le 12 dé­cembre der­nier, les gen­darmes de la sec­tion de re­cherches de Pa­ris avaient per­qui­si­tion­né le siège de la Di­rec­tion na­tio­nale du ren­sei­gne­ment et des en­quêtes doua­nières (DNRED) et les an­tennes des douanes au Havre et à Rouen, où ils avaient sai­si près de 800000 € en li­quide.

Une di­zaine de per­sonnes sont éga­le­ment en­ten­dues en au­di­tion libre à Pa­ris, au Havre et à Rouen (Seine-et-Ma­ri­time), afin de dé­ter­mi­ner comment les 43 t de ca­fé sont ar­ri­vées en France, et leur lien éven­tuel avec l’ar­gent trou­vé.

Mi-dé­cembre, lors des per­qui­si­tions, les gen­darmes avaient trou­vé no­tam­ment dans les lo­caux de la Di­rec­tion des opé­ra­tions doua­nières (DOD) plus de 700 000 € dans une va­lise, en­vi­ron 50 000 € dans un fau­teuil et 10 000 € au do­mi­cile d’un doua­nier. Ce der­nier avait été pla­cé en garde à vue quelques heures avant d’être re­mis en li­ber­té. Moins d’un mois plus tard, un autre agent, ad­joint au chef de la Di­rec­tion des opé­ra­tions doua­nières (DOD) du Havre, s’était sui­ci­dé sur son lieu de tra­vail. Se­lon la Di­rec­tion gé­né­rale des douanes, l’agent n’avait pas été mis en cause. Tou­te­fois, « des élé­ments utiles à l’en­quête avaient été dé­cou­verts à son do­mi­cile » au mo­ment des per­qui­si­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.