Gi­fi,le­bon­gé­nie­deTa­ti

Phi­lippe Gi­nes­tet, le fon­da­teur et pro­prié­taire de l’en­seigne de dé­co­ra­tion à bas prix Gi­fi, se dit prêt à sau­ver la marque au vi­chy rose et blanc. Il a dé­po­sé une offre hier.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - CA­THE­RINE GASTÉ

de Ta­ti a semble-t-il été en­ten­du. Un jour à peine après le lan­ce­ment de la pé­ti­tion en ligne in­ti­tu­lée « Ta­ti en dan­ger ! »

une bonne nou­velle est tom­bée pour les 1 700 sa­la­riés de l’en­seigne au vi­chy rose et blanc mise en vente en fé­vrie­ret­sus­pen­dueau­compte à re­bours du dé­pôt de bi­lan pré­vu dé­but mai. Hier à 15 heures, se­lon nos in­for­ma­tions, une offre ferme de re­prise a été dé­po­sée au­près de la banque char­gée de trou­ver un re­pre­neur. Elle émane du di­ri­geant fon­da­teur de Gi­fi, spé­cia­li­sé dans la dé­co­ra­tion à pe­tit prix, Phi­lippe Gi­nes­tet. « Il veut sau­ver Ta­ti », nous confirme une source proche du dos­sier.

Cet en­tre­pre­neur au­to­di­dacte, qui a dé­ve­lop­pé son ba­gout de ven­deur sur les mar­chés et aligne au­jourd’hui un em­pire et un chiffre d’af­faires an­nuel de plus de 1,2 Mds€, en­tend du­pli­quer le suc­cès de Gi­fi (nu­mé­ro 1 du dis­count) pour la marque Ta­ti. Son pro­jet pré­voit de re- prendre en­vi­ron 1 200 sa­la­riés et de pré­ser­ver près de 1 500 em­plois di­rects et in­di­rects, soit la qua­si-to­ta­li­té de l’ef­fec­tif. Il s’agit aus­si de pour­suivre l’ex­ploi­ta­tion de plus de 100 ma­ga­sins (sur 130).

« Le pro­jet ne pré­voit pas de vente à la coupe, con­trai­re­ment à d’autres offres de consor­tiums », met en avant cette source, se­lon la­quelle l’em­blé­ma­tique ma­ga­sin de Bar­bès (Pa­ris XVIIIe) se­ra main­te­nu, de même que le siège de la Plai­neSaint-De­nis. L’en­tre­pre­neur, via son groupe GCG, est prêt à mettre sur la table 80 M€ pour re­lan­cer l’en­seigne, avec un plan de deux ans pour que Ta­ti « re­de­vienne ren­table et pé­renne ».

A la suite de cette an­nonce, la di­rec­tion d’Eram, pro­prié­taire de Ta­ti qui fai­sait mys­tère, de­puis deux mois, du nombre d’offres po­ten­tielles de re­prise dé­po­sées, a dû sor­tir du bois, un peu aga­cée par les fuites. « A l’heure où nous nous par­lons, nous avons re­çu une de­mi­dou­zaine de marques d’in­té­rêt pour la re­prise de Ta­ti », a dé­cla­ré Mi­chel Res­se­guier, le di­ri­geant d’Ago­ra Dis­tri­bu­tion, qui re­groupe la marque lé­gen­daire fon­dée il y a près de soixan­te­dix ans à Bar­bès par Jules Oua­ki et les autres en­seignes à bas prix du groupe Eram.

« On est es­to­ma­qués ! Hier on était en­core dans le flou le plus to­tal mal­gré nos de­mandes ré­pé­tées à la di­rec­tion. Au­jourd’hui, on ap­prend qu’il y a plus de dix offres dont une très sé­rieuse », s’étonne Ni­cole Co­ger, l’une des deux sa­la­riées à l’ori­gine de la pé­ti­tion. « C’est un sou­la­ge­ment pour nous, car on s’était pré­pa­rés à ce qu’il y ait beau­coup de li­cen­cie­ments. Mais il y au­ra quand même des col­lègues qui res­te­ront sur le car­reau », lâche pour­tant avec amer­tume la dé­lé­guée syn­di­cale CGT qui tente de ré­pondre aux an­goisses de ses col­lègues de­puis l’an­nonce de la vente. Et d’ajou­ter, pru­dente : « Tant qu’on n’au­ra pas le ré­sul­tat fi­nal il est dif­fi­cile de se ré­jouir. »

Contac­té, le mi­nis­tère du Tra­vail, qui suit de très près le dos­sier, n’a pas don­né suite à nos de­mandes. « My­riam El Khom­ri, qui se pré­sente aux lé­gis­la­tives dans le XVIIIe ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris, doit être sou­la­gée. Le ma­ga­sin de Bar­bès est sur sa cir­cons­crip­tion. Cette offre, elle ne peut que l’ap­puyer ! » conclut ce proche du po­ten­tiel re­pre­neur…

sur l’is­sue de la crise en Guyane, alors que se pour­suivent les dis­cus­sions entre le gou­ver­ne­ment et les me­neurs du mou­ve­ment so­cial qui, de­puis un mois, a cloué la fu­sée Ariane au sol, à Kou­rou. L’ex­ploi­tant a main­te­nu son ob­jec­tif de 12 lan­ce­ments en 2017. Ce fa­bri­cant amé­ri­cain de dis­po­si­tifs mé­di­caux et d’em­bal­lages ali­men­taires em­ploie 115 sa­la­riés dans son unique usine fran­çaise, à Fon­te­nay-sur-Eure (Eure-et-Loir).

ont été si­gnés hier. L’un d’eux pré­voit no­tam­ment 6 Mds€ d’in­ves­tis­se­ments sur dix ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.