Le Parisien (Paris) - - LE JOURNAL DE PARIS -

tion, vous êtes fi­chus ! », tranche Tra­vis, un Bos­to­nien de 26 ans qui vit en Al­le­magne. « Avec ce qu’il se passe au­jourd’hui dans le monde, l’Eu­rope a be­soin de res­ter unie et forte. Ce qui n’est vi­si­ble­ment pas le pro­jet de Ma­rine Le Pen. » Même si se­lon lui, la can­di­date du Front na­tio­nal a peu de chances de rem­por­ter la pré­si­den­tielle, il pré­fère res­ter pru­dent. « L’élec­tion de Do­nald Trump a prou­vé que faire beau­coup de pro­messe et être po­pu­liste pou­vait faire ga­gner une élec­tion. »

Plus loin, Wol­ken semble ré­si­gné. « C’est triste à dire mais il semble qu’élire des gens aux idées stu­pides soit à la mode, sou­pire l’Al­le­mand. Peut-être que l’heure de Ma­rine Le Pen est ar­ri­vée. »

A 70 ans, Mark est dé­jà ve­nu plus d’une ving­taine de fois en France. Cet Amé­ri­cain ori­gi­naire de Chi­ca­go, qui tra­vaillait dans un pres­ti­gieux ca­bi­net de con­seil amé­ri­cain, penche pour Em­ma­nuel Ma­cron. « Je pense qu’il est au­jourd’hui la per­sonne qu’il vous faut », es­time-til avant de lan­cer un pe­tit tacle. « Même s’il n’a rien fait quand il était mi­nistre de l’Eco­no­mie. » Sur­tout, il se mé­fie des « can­di­dats des ex­trêmes ». « Il y a d’un cô­té Le Pen qui joue la carte de la peur. Et de l’autre, Mé­len­chon qui joue celle des pro­messes, lance-t-il. Mais au­jourd’hui votre pays a be­soin d’une éco­no­mie plus com­pé­ti­tive. Et se­lon moi, au­cun de ces can­di­dats peut ou ne veut y par­ve­nir. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.