LE TER­RO­RISME ACHÈVE LA CAM­PAGNE

Un at­ten­tat a frap­pé Pa­ris et la cam­pagne élec­to­rale. Quelles se­ront les ré­pliques po­li­tiques de ce nou­veau séisme à la veille d’un scru­tin sous haute pro­tec­tion ?

Le Parisien (Paris) - - News - PAR DAMIEN DELSENY ET AVA DJAMSHIDI

LA ME­NACE PLANAIT. Elle s’est concré­ti­sée dans les toutes der­nières mi­nutes de la cam­pagne of­fi­cielle. Sur l’ave­nue la plus em­blé­ma­tique de Pa­ris, la plus belle du monde, un homme est ve­nu abattre un po­li­cier et en bles­ser deux autres. Un at­ten­tat sui­vi d’une re­ven­di­ca­tion ex­presse de Daech. Presque pré­ci­pi­tée, comme s’il fal­lait s’em­pres­ser de tou­cher la dé­mo­cra­tie fran­çaise au coeur. Et pour­quoi pas aus­si pe­ser sur le scru­tin ? Dans sa re­vue « Da­biq », l’or­ga­ni­sa­tion Etat is­la­mique n’en a d’ailleurs pas fait mys­tère, ap­pe­lant à des ac­tions pour dé­sta­bi­li­ser la cam­pagne élec­to­rale fran­çaise.

Les Fran­çais n’ont pas (en­core) ma­ni­fes­té leur co­lère après cet at­ten­tat. Les forces de l’ordre comptent leurs morts et ne veulent pas payer éter­nel­le­ment le prix du sang. La classe po­li­tique, elle, a une nou­velle fois dé­mon­tré sa dif­fi­cul­té à ga­ran­tir toute forme de co­hé­sion na­tio­nale. Le poi­son de la di­vi­sion s’est dif­fu­sé à la veille de ce « sa­me­di de ré­flexion », jour de trêve élec­to­rale, dé­sor­mais cham­bou­lé.

Y au­ra-t-il un « syn­drome Champs-Ely­sées » ? Ce n’est pas la pre­mière fois que l’at­ten­tion des élec­teurs est ai­man­tée par un évé­ne­ment dra­ma­tique à la veille de cette jour­née où les mé­dias au­dio­vi­suels n’ont plus le droit d’évo­quer les can­di­dats à la pré­si­den­tielle. Ce fut le cas en 2002, à trois jours du pre­mier tour, à l’is­sue d’une cam­pagne mar­quée par le thème de l’in­sé­cu­ri­té. L’af­faire « Pa­py Voise », du nom de ce re­trai­té agres­sé chez lui, à Orléans (Loi­ret), avait été in­vo­quée pour ex­pli­quer l’éli­mi­na­tion sur­prise de Lio­nel Jos­pin et la qua­li­fi­ca­tion de Jean-Ma­rie Le Pen au se­cond tour. La cam­pagne d’as­sas­si­nats de Mo­ha­med Me­rah avait mar­qué et même in­ter­rom­pu la cam­pagne en 2012.

Alors l’at­taque des ChampsE­ly­sées au­ra-t-elle une in­fluence sur le choix des Fran­çais ? Ré­ponse de­main soir après une jour­née de vote qui mo­bi­li­se­ra 50 000 po­li­ciers et gendarmes et avec la crainte que le ter­ro­risme n’ait pas en­core dit son der­nier mot.

50 000 PO­LI­CIERS ET GENDARMES MOBILISÉS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.