L’ hon­neur re­trou­vé de Pascal Ma­zu­rier

Ac­cu­sé par sa femme pen­dant des an­nées de viols sur leur fillette en Inde, cet ex-di­plo­mate vient d’être ac­quit­té par la jus­tice in­dienne.

Le Parisien (Paris) - - Faits Divers - PAR NI­CO­LAS JACQUARD AVEC T.B.

CE BOX DES ACCUSÉS du tri­bu­nal de Ban­ga­lore, dans le sud de l’Inde, Pascal Ma­zu­rier ne le connaît que trop bien. Mer­cre­di, une nou­velle fois, il y a pé­né­tré pour connaître le sort que la jus­tice in­dienne lui ré­ser­vait. « Sur le coup, je n’ai pas com­pris, souffle au té­lé­phone l’ex­di­plo­mate fran­çais. On m’a de­man­dé de res­sor­tir, et l’on m’a fé­li­ci­té. Je n’avais pas en­ten­du le mot ac­quit­té. »

En deux phrases et quelques se­condes, l’étau ju­di­ciaire qui pe­sait sur lui de­puis cinq longues an­nées s’est pour­tant en­vo­lé. La fin d’un ter­rible cau­che­mar qui laisse en­core grog­gy ce père de trois en­fants. « J’ai mis plu­sieurs mi­nutes à y croire. » Dans une autre vie, Pascal Ma­zu­rier était un di­plo- mate ac­com­pli et un homme com­blé. Nu­mé­ro trois du consu­lat fran­çais de Ban­ga­lore, il est ma­rié à une In­dienne, Su­ja Jones, qui lui a don­né trois en­fants, deux gar­çons et une pe­tite fille âgée de 3 ans et de­mi en 2012. Cette an­née-là, la fa­mille pré­voit de re­par­tir vivre en France en juillet. Mais les dis­putes dans le couple sont fré­quentes. Se­lon son ma­ri, Su­ja sort beau­coup et né­glige les en­fants.

Le 14 juin, le monde de Pascal vole en éclats. In­ter­pel­lé, il est ac­cu­sé du viol de sa fillette. Des agres­sions qui se se­raient ré­pé­tées de­puis deux ans, et en­core ce jour-là lorsque le pa­pa a cou­ché l’en­fant pour la sieste. « Je me suis dit : on va faire face tous les deux, avec mon épouse, à cette ter­rible er­reur. Quand j’ai com­pris que c’est elle qui m’accusait, j’ai su que je se­rais irrémédiablement seul. »

La presse s’em­balle, fus­tige « le di­plo­mate vio­leur », sus­pen­du de ses fonc­tions. « C’était d’une vio­lence in­ouïe, dé­crit Me Clé­mence Witt, son avocate, aux cô­tés de Me Pierre-Oli­vier Sur. Une ma­chine in­fer­nale s’est mise en marche pour le broyer, à la­quelle il a ré­sis­té avec un cou­rage qui force le res­pect. » Pascal Ma­zu­rier est in­car­cé­ré cinq mois. Alors même que, dès juillet 2012, « toutes les ex­per­tises l’in­no­centent », rap­pelle Me Witt. L’ADN cen­sé lui ap­par­te­nir, dont son ex-femme dit qu’il est pré­sent sur les vê­te­ments de la pe­tite, s’avère ne pas être le sien. « Ce vê­te­ment n’était même pas ce­lui que ma fille por­tait ce jour-là », ex­plique Pascal Ma­zu­rier.

Plus qu’un ac­quit­te­ment faute de preuves, la jus­tice in­dienne a re­te­nu « la vo­lon­té de nuire de la plai­gnante », « ai­dée de mé­de­cins et d’ONG », « qui vi­sait à faire de l’ac­cu­sé un bouc émis­saire pour l’em­pê­cher de re­ga­gner la France ». Su­ja Jones n’a pas en­core dé­ci­dé si elle fe­rait ap­pel (lire ci-des­sous). Quelle que soit sa dé­ci­sion, Pascal Ma­zu­rier sait que ce ju­ge­ment n’est « qu’une étape », et que « le che­min est en­core long ». Pour re­cou­vrer son hon­neur et avant tout re­trou­ver ses en­fants.

« C’est comme s’ils étaient dans les mains de quel­qu’un qui les a kid­nap­pés », ré­su­met-il. Pen­dant près de deux ans, il n’a pu re­voir ses gar­çons, avant d’être au­to­ri­sé à les cô­toyer une heure par mois dans un lo­cal dé­dié. Pour re­nouer ce lien té­nu, le di­plo­mate a ap­pris des tours de ma­gie. « En­suite, j’ai ob­te­nu de les avoir cinq heures deux di­manches par mois. » « Ils sont pris dans un conflit de loyau­té », dé­plore leur père. Plus glo­ba­le­ment, « tout est à re­cons­truire », constate-t-il. Avec, comme prio­ri­té, l’éta­blis­se­ment d’un nou­veau pas­se­port. Ce­la lui per­met­tra de re­trou­ver cette France qu’il n’a pas vue de­puis six ans. « En­tre­temps, ma grand-mère est dé­cé­dée. Je n’ai pas eu le droit d’al­ler lui dire au re­voir. »

QUAND J’AI COM­PRIS QUE C’EST ELLE QUI M’ACCUSAIT, J’AI SU QUE JE SE­RAIS IRRÉMÉDIABLEMENT SEUL ” PASCAL MA­ZU­RIER

Ban­ga­lore (Inde), le 17 juin 2015. Pascal Ma­zu­rier por­tant un pan­neau cla­mant son in­no­cence (je suis un pa­pa, pas un ter­ro­riste) pen­dant une ma­ni­fes­ta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.