« Un dé­ni de jus­tice »

Su­ja Jones, ex-femme de Pascal Ma­zu­rier, conteste son ac­quit­te­ment.

Le Parisien (Paris) - - Faits Divers - N.J.

DÈS LA DÉ­CI­SION d’ac­quit­te­ment connue mer­cre­di, elles se sont échan­gées des mails. A tra­vers les­quels Su­ja Jones, l’ex-femme de Pascal Ma­zu­rier, « ne ca­chait pas sa dé­cep­tion » à son avocate fran­çaise, MeAude Evin.

Pu­bli­que­ment, sa cliente a dé­non­cé « un dé­ni de jus­tice. » Me Evin l’ad­met pour­tant : le fait que les tests ADN n’aient pas cor­ro­bo­ré les ac­cu- sa­tions por­tées par Su­ja Jones est « pro­blé­ma­tique ». Ce qui ne l’em­pêche pas de tou­jours croire à la sin­cé­ri­té de sa cliente. « Les exa­mens gy­né­co­lo­giques étaient ex­pli­cites », main­tient l’avocate, quand la dé­fense de Pascal Ma­zu­rier les juge biai­sés.

Me Evin ré­fute la thèse d’une ma­chi­na­tion our­die par sa cliente et dit s’in­ter­ro­ger sur « le re­vi­re­ment de cer­tains té­moins. » « Dans ce dos­sier, il y a eu de très grosses pres­sions po­li­tiques, ac­cuse l’avocate. Lors des pre­mières au­diences, il y avait ain­si tou­jours un re­pré­sen­tant de l’ambassade aux cô­tés de M. Ma­zu­rier. Je veux bien qu’il s’agisse de pro­tec­tion consu­laire, mais pour­quoi dans ce cas les en­fants, de na­tio­na­li­té uni­que­ment fran­çaise, n’ont-ils pas bé­né­fi­cié du même trai­te­ment ? »

Cette ques­tion de l’ave­nir des trois en­fants du couple est dé­sor­mais au coeur des dé­bats. « M. Ma­zu­rier va vou­loir leur garde », an­ti­cipe Me Evin. « Mais, pour ce­la, il fau­dra l’ac­cord de leur mère », pré­vien­telle. Si Su­ja Jones en­tend se mon­trer com­ba­tive sur ce point, en re­vanche, « elle ne dit pas, pour l’ins­tant, qu’elle fe­ra ap­pel de l’ac­quit­te­ment », dé­taille son conseil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.