Ligue 1-Con­fo­ra­ma, les cou­lisses d’un ma­riage

Source de raille­ries, le contrat de na­ming si­gné par la Ligue de football pro­fes­sion­nel ré­pond à une cer­taine lo­gique.

Le Parisien (Paris) - - Sport -

de­la­car­peet­du­la­pin ?L’an­nonce, jeu­di, du par­te­na­riat entre la Ligue 1 et la marque Con­fo­ra­ma, spé­cia­liste de l’ameu­ble­ment bon mar­ché et de l’élec­tro­mé­na­ger, a en tout cas en­flam­mé les ré­seaux so­ciaux.

Même l’hu­mo­riste Ja­mel Deb­bouze y est al­lé de sa pe­tite saillie en 140 signes. « Ligue 1 Con­fo­ra­ma ! Tou­jours plus… Et pour­quoi vous n’avez pas fait un par­te­na­riat avec But

s’est ain­si mo­qué l’ac­teur, grand ama­teur de bal­lon rond.

« Nous sa­vions que l’an­nonce de ce na­ming pro­vo­que­rait dif­fé­rents types de ré­ac­tions, y com­pris des re­marques un peu va­chardes, ra­conte un connais­seur des né­go­cia­tions entre Con­fo­ra­ma et la Ligue de football. Mais peu im­porte. Pour Con­fo­ra­ma, ce mo­ment-là consti­tue dé­jà une cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion ex­cel­lente. » Pour de­ve­nir spon­sor-titre du cham­pion­nat, l’en­seigne fran­çaise, dé­sor­mais pro­prié­té d’un groupe sud-afri­cain, va dé­bour­ser 25 M€ sur l’en­semble des trois pro­chaines sai­sons (2017-2020), soit un ta­rif an­nuel d’un peu plus de 8 M€. En échange, la Ligue de football pro­fes­sion­nel lui as­sure une vi­si­bi­li­té dans les stades et dans ses di­verses opé­ra- tions de re­la­tions pu­bliques. Des évé­ne­ments spé­ci­fiques dans ses ma­ga­sins im­plan­tés à proxi­mi­té de cer­tains clubs de l’élite ver­ront aus­si le jour, contre ré­mu­né­ra­tion sup­plé­men­taire. « Dans ce cas-là, il s’agi­ra de né­go­cia­tions de gré à gré entre Con­fo­ra­ma et les clubs choi­sis », nous pré­cise-t-on. Mais au fond, quelles sont les rai­sons de ce ma­riage a prio­ri contre-na­ture ? « Si le po­si­tion­ne­ment de la L 1 est po­pu­laire, et que l’on s’adresse à une po­pu­la­tion très large, Con­fo­ra­ma est un bon choix, es­time Lio­nel Mal­tese, maître de confé­rences à l’uni­ver­si­té d’Aix-Marseille et spé­cia­liste en mar­ke­ting spor­tif. On a bien un na­ming de L 2 avec une marque de piz­zas En termes de cible, ce­la me semble co­hé­rent. Il y a du bu­si­ness de luxe dans le foot mais ce n’est pas un sport éli­tiste. Ce n’est pas né­ga­tif de ne pas avoir Ro­lex comme par­te­naire ! Ce qui se­rait étrange, ce se­rait d’avoir Con­fo­ra­ma ados­sé au tour­noi de tennis Mas­ters 1 000 de Monte-Car­lo. »

Vu du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la LFP qui a va­li­dé ce dos­sier, les rai- sons pro­fondes semblent plus pro­saïques. « Ce dos­sier du na­ming de la Ligue 1 traî­nait de­puis deux ans, sans ré­sul­tat, re­trace l’un des membres du CA. Nous avions fixé la barre à 10 M€ par an et nous vi­sions, au dé­part, une marque peut-être un peu plus pres­ti­gieuse. Mais les né­go­cia­tions de ce type sont tou­jours très com­pli­quées. La marque choi­sie ne doit pas en ef­fet être concur­rente de l’un des spon­sors d’un club de Ligue 1. Ce­la res­treint for­cé­ment le spectre. Au bout du compte, Con­fo­ra­ma ré­pon­dait à tous les cri­tères. »

A par­tir de la sai­son pro­chaine, les nou­velles res­sources is­sues de ce contrat de na­ming abon­de­ront la caisse des droits au­dio­vi­suels et se­ront ré­par­ties de ma­nière in­égale entre les vingt clubs de l’élite. En moyenne, chaque club per­ce­vra ains i u n s u p p l é m e n t d ’e nv i ro n 400 000€pa­ran.La­dotd’un­ma­riage de rai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.