Bold surfe sur l'At­lan­tique

(13 h 45) Au­jourd'hui à En­ghien (quin­té, Pick 5)

Le Parisien (Paris) - - Hippisme -

BOLD EAGLE ne s'est pas mis au sport de glisse. C'est bien du Prix de l'At­lan­tique (5e) dont il est ques­tion, le seul Groupe I cou­ru à En­ghien. Ce sa­me­di et pour la pre­mière fois de sa car­rière, le cham­pion fran­çais trot­te­ra sur cette piste longue de 1 300 mètres. Sé­bas­tien Gua­ra­to, son en­traî­neur, s'en ex­plique : « Cette course ar­rive au bon mo­ment dans son pro­gramme avant l'Elit­lop­pet (le « Prix d'Amé­rique sué­dois » cou­ru le di­manche 28 mai à Sol­val­la, dans la ban­lieue de Stock­holm, en Suède). Ça va le chan­ger de Vin­cennes et, en plus, c'est l'oc­ca­sion de lui re­faire voir l'au­tos­tart. Tout de­vrait bien se pas­ser ». Sou­vent gal­vau­dé, le terme évé­ne­ment prend tout son sens, sur­tout pour Alain Le Tu­tour, le ré­gis­seur de l'hip­po­drome. « Toute l'équipe est fière d'ac­cueillir ce che­val. C'est notre belle jour­née de l'an­née ». Un évé­ne­ment que son pro­prié­taire, Pierre Pi­lars­ki, aborde se­rei­ne­ment en dé­pit d'un cli­mat ten­du avec LeT­rot (voir en­ca­dré).

Franck Ni­vard et BOLD EAGLE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.